Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/07/2008

Les Ardentes iront au paradis

La dernière journée du festival liégeois affichait sold out grâce à une sélection de qualité

LIÈGE "On ira tous au paradis."

Ouaip, et si c'est Daniel Darc qui le chante, on s'en réjouit. "En fait, c'est assez flippant, on va se retrouver avec les mêmes enc... qu'ici ?"

Sous cet angle, O.K. Mais si on restreint le monde aux Ardentes d'hier, on signe, nous. Jugez plutôt : avec Daniel Darc, Arno, Yoav, Nada Surf, Dionysos, Bashung et les Dandy Warhols, il doit y avoir moyen de faire une sacrée fiesta. Et tout ce beau monde, entre autres, était réuni hier dans une ambiance que l'on dit à nulle autre pareille. Ce serait lié à la principauté, paraît-il.

Et les organisateurs sont également au paradis malgré une météo qui aurait pu les déstabiliser. Finalement, boues et pluies n'auront pas forcé les candidats festivaliers à faire demi-tour sur l'autoroute. Au contraire, en devant étendre le camping dont la capacité est passée de 2.000 à 3.000 places, en envisageant d'agrandir les scènes l'année prochaine, ils sont ravis. Sold out dimanche (et vendredi, c'était Soldout, le groupe), les Ardentes peuvent se prévaloir d'une fréquentation qui aura frôlé les 15.000 spectateurs chaque jour.

Le summun, c'était donc hier avec les entrées en scène sympathiques et festives de Puggy, Saint-André et Monsoon, les petits régionaux de l'étape du jour (les gros, ce sont les Girls in Hawaii et Arno qui étaient programmés bien après).

C'est armé de sa seule guitare et d'une pédale à effets que Yoav, cet artiste sud-africain qui cartonne avec Adore Adore ou Club Thing au point de susciter un engouement très international, a investi l'HF6, la scène couverte. Après un soundcheck où il se présentait tout aussi seul sans vraiment qu'on sache si le show avait vraiment commencé, le gaillard a réussi à accueillir un public de plus en plus large au fil des chansons avec ce son éclatant, cette façon de frapper sa guitare pour l'utiliser comme une caisse de résonance et en faire des loops . Brillant. Et comme la voix et le physique suivent, il devrait faire fondre quelques coeurs...

Comme Nicole Willis et ses Soul Investigators qui ont ce son Motown qu'Amy Winehouse ne renierait certainement pas. Mais comme l'Américaine est en meilleure forme que la tox la plus connue de l'industrie musicale, le show en valait forcément la peine.

Celui de Nada Surf, également, avec évidemment I'm Popular exécuté en fin de set. Le trio, dont les deux frontmen maîtrisent parfaitement le français, sait communiquer pour faire bouger une scène.

Tout autre genre avec Daniel Darc. Si c'est son guitariste qui s'est cassé le premier la gueule sur scène, on ne peut que se réjouir que l'état de l'ex-Taxi Girl lui ait permis d'assurer un show, certes un peu titubant mais l'oeil aussi vif que rouge. Et pendant ce temps-là, Bashung prenait un Coca Light . Si l'on en croit son pote... Talent, charisme.

Comme l'ami Arno qui avec Oh La La La ou Putain Putain et les Filles du Bord de Mer a configuré parfaitement la fin de son set pour qu'il se prête au lieu où il était joué. On ne se lasse pas... En do uceur et profondeur...

Les Girls in Hawaii, de leur côté, ont été égaux à eux-mêmes. On ne se lassera pas non plus rapidement de Plan your Escape .

Et dire qu'il restait encore Dionysos et The Dandy Warhols pour clore ce qui restera un excellent cru.

Basile Vellut

15:40 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.