Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/07/2008

Premières charges à Couleur Café

44dbd1121b56f31d840fd7a937b99912.jpgLe festival a démarré en force hier avec MCSolaar, Kery James, Erikah Badu et Orishas

BRUXELLES Les scènes rap d'hier et d'aujourd'hui ont conquis le public de la 19e édition de Couleur Café. Le festival, qui se tient jusqu'à dimanche sur le site de Tour et Taxis à Bruxelles, a démarré en force, hier, sur les coups de 18 h 30, avec les premières charges musicales venues de Kery James. Le rappeur n'a pas mis longtemps avant de faire sauter les centaines de personnes venues l'acclamer. Une prestation détonante qui a mis tout le monde d'accord.

Kery James a d'abord fait partie du groupe Ideal J avant de se lancer en solo. Dans le monde du hip-hop hexagonal, celui-ci, qui revendique sa confession musulmane, fait un peu office de grand frère de par ses textes durs qui décrivent la condition des habitants des cités et conseillent à s'élever. Sur scène, ses paroles sont applaudies.

Exemple avec L'Impasse , tiré de son dernier album, qui conte de façon abrupte les risques que courent les ados qui souhaitent arrêter l'école pour dealer. Ou encore Pleure en silence qui s'adresse à tous ceux qui souffrent "car il n'y a pas que dans les ghettos qu'on souffre".

Avec Kery James, l'atmosphère est sombre. Cependant, sur plusieurs morceaux, il parvient à faire jumper la foule. Beaucoup se souviendront de la puissance de Foolek (Dingue dans l'argot des cités), de Hardcore, de C'est la guerre. Reste que le morceau le plus attendu fut Thug Life, sa carte de visite, qui passe de l'amertume à l'espoir.

Kery James représentait en quelque sorte la scène rap d'aujourd'hui. Sur une autre scène, MC Solaar faisait figure d'icône. De retour en 2007 avec l'album Chapitre 7, Claude M'Barali a rapidement plongé les festivaliers dans les premières heures de gloire du rap. Caroline, Bouge de là, Victime de la mode, Nouveau Western... Une époque au cours de laquelle le bling-bling restait une notion inconnue. Depuis, les choses ont changé. MCSolaar aborde ces mutations dans ses dernières compositions telles Clic clic, Ben oui et Da Vinci Claude. Respect !

Après ces entrées en matière, concerts et animations ont véritablement battu leur plein aux quatre coins de Tour et Taxis, entre les cuivres de l'Orchestre National de Barbes et la douceur d'Asa. En attendant la suave Américaine Erikah Badu et les Cubains d'Orishas.

Karim Fadoul

Les commentaires sont fermés.