Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/10/2008

Sous le charme d'Amy McDonald

Dimanche soir, Amy McDonald affichait complet à l'Orangerie du Botanique

BRUXELLES Il est 20 h, à l'Orangerie, la salle est déjà pleine à craquer, impossible de se frayer un passage. Le public attend impatiemment Amy McDonald, cette jeune écossaise qui a envahi nos ondes cet été avec son tube This is the life.

C'est avec Poison Prince qu'Amy entame le show. Un peu timide au début, la jeune chanteuse dégage une voix étonnante, tout en puissance. Laissant très vite sa timidité de côté, elle enchaîne avec L.A., I wish for something more, Mr. Rock & Roll,... Le public, conquis d'avance, est ravi. Il faut dire qu'elle est plutôt agréable, souriante et très loquace. Sur scène, Amy a un petit quelque chose de June Carter. L'ambiance est chaleureuse ce soir. Une chose est sûre, entre Amy et le public, le courant passe.

"Les gens me demandent souvent ce que ça fait d'être célèbre. Je n'ai jamais aimé ce statut de célébrité. Je trouve ça très ennuyant. J'aime jouer de la musique, être sur scène. On ne demande jamais ce que ça fait d'avoir du talent", expliquera-t-elle pour introduire Footballer's wife.

L'ambiance monte encore d'un cran quand vient This is the life. Ensuite, Amy a l'audace de reprendre Hallelujah de Leonard Cohen (dont Jeff Buckley avait fait une magnifique reprise). L'Écossaise donne de la voix, de l'émotion et des frissons.

Après une heure et demi de show, c'est déjà le rappel. Le public, déchaîné, ne laisse aucun répit à Amy. Trois morceaux plus tard, il est déjà temps de se dire au revoir. Bruxelles en aurait bien voulu encore...

 



Mailys Charlier

Les commentaires sont fermés.