Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/04/2010

MGMT: Félicitations, les garçons…

mgmt.jpgCongratulations, le nouvel album de MGMT, fait suite au gigantesque Oracular Spectacular

Avant de poser brièvement leurs bagages à Bruxelles, le temps d’un concert et d’une salve d’interviews, Ben Goldwasser et Andrew Van Wyngarden, alias les MGMT, avaient fait escale à Berlin, Paris, Dublin, Londres. Du coup, cet après-midi-là, les deux jeunes new-yorkais avaient un peu l’impression de rejouer des scènes de Lost in translation , de Sofia Coppola.


Mais, puisque excités par Congratulations , leur nouvel album, ils ont rapidement oublié la fatigue et le petit côté stakhanoviste de leur journée, pourtant ensoleillée. “Encore que, quand j’y pense, je trouve toujours ça aussi bizarre de parler de moi et de ce que je fais à de parfaits inconnus”, sourit Ben. “On se demande un peu quelles seront les réactions puisque, évidemment, on a envie que le public l’aime. Aujourd’hui, on a envie de faire une carrière et pas d’être un phénomène. Mais combien de groupes ont rêvé de ça : durer dans le monde de la musique ?”

Vous n’aviez pas l’idée de faire carrière quand vous avez sorti votre premier album ?

“Oh non. On faisait de la musique, on écrivait des chansons, mais jamais on n’avait imaginé que ça ferait un album, qui serait distribué et qui aurait du succès.”

Et quel succès… On parle d’un million de disques vendus. Alors que l’industrie est en crise !

“Oui, c’est vrai. Mais c’est vraiment un truc qu’on faisait pour le fun. Et puis quand on a réalisé que ce premier album était un succès, on a été supercontents, mais dans le même temps on a gardé la tête froide parce qu’on en a vu, des formations qui ont fait un carton avec leur premier album et puis qui ont été balayées par une nouvelle sensation du moment. Ce premier album, c’était un heureux accident, je pense. On n’avait, croyez-moi, rien prémédité. Du coup, c’est impossible de tenter de faire se répéter une série d’événements qu’on n’avait pas vus venir.”

La grande différence, c’est que, cette fois, vous avez composé en peu de temps parce que vous étiez liés par contrat avec une maison de disques…

“Je ne sais pas… Ça nous a pris un an d’écrire et d’enregistrer toutes les chansons de Congratulations. Ce qui, quand on y pense, représente pas mal de temps. Évidemment, on avait eu plus de temps pour le premier, mais là, on a pu prendre une année pour ne faire que ça : de la musique. C’est très libérateur. Pour la première fois de notre vie, on pouvait prendre tout le temps qu’on voulait pour créer la meilleure musique possible. Et ne faire que ça, sans devoir penser aux contingences matérielles. On s’est vraiment marrés.”

Qu’est-ce que vous avez appris de votre première session en studio, quelles erreurs n’avez-vous pas reproduites cette fois ?

“Une des choses les plus importantes que l’on a apprises, c’est qu’enregistrer un album, ce n’est pas forcément jouer de la manière la plus incroyable possible, ou la meilleure qualité d’enregistrement que vous pouvez atteindre, ou les meilleures techniques. Le plus important, c’est de capturer un moment. Si vous y arrivez, c’est le pied. Et le plus souvent, ce sont des choses spontanées qui sont les plus belles. Ça nous a fait gagner beaucoup de temps et je pense que ça nous a fait faire un meilleur album.”

Certains de vos titres ont été utilisés dans des séries télévisées, comme Gossip Girls. Est-ce que ça aide, aux États-Unis, à ouvrir des portes… et des oreilles ?

“Oui. C’est étrange pour nous parce qu’on ne regarde vraiment pas beaucoup la télé. On est un peu détachés de la culture populaire et on n’y comprend pas grand-chose, la majeure partie du temps. Mais si ça aide les gens à être exposés à de nouvelles musiques, pourquoi pas ?”

 

 

Isabelle Monnart

Les commentaires sont fermés.