Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/04/2010

Un soir autour de BaliMurphy

l_f63390952be04b6eb595cf5fbb1f9d6f.jpgCédric Van Caillie, le chanteur de BaliMurphy, était à l’antenne de Twizz Radio pour nous parler du festival Un Soir Autour du Monde, auquel le groupe, habitué du festival, participera ce samedi 24 avril. BaliMurphy en est déjà à sa quatrième participation depuis la naissance du festival. Mais le groupe, originaire de Bruxelles, viendra présenter pour la première fois dans les ruines de Villers-la-Ville leur deuxième opus, Poussières, sorti en juin dernier.


Au festival Un Soir Autour du Monde, vous êtes un peu comme chez vous ?
Il y a une histoire particulière entre le festival et nous. L’organisateur de ce festival, Julien Piret, est notre manager et producteur. C’est une étroite collaboration car il nous a découvert à son festival au tout début, il y a 5 ans. Il nous a demandé de revenir pour la troisième édition du festival, qui se déroulait pour la première fois dans les ruines de Villers-la-Ville. Et il y a une magie qui s’est passé à ce concert. C’est probablement le concert qui restera en nous pour toujours. Il y avait 3000 personnes sous un chapiteau, le plancher sautait dans tous les sens, quatre personnes ont du tenir la table de mixage, les sécurités se sont enfouies ! C’était un moment extraordinaire, personne ne s’y attendait.

Cette année votre concert sera un peu spécial…
Chaque année, on essaie de proposer quelque chose de nouveau pour pas lasser les gens. Là, on a eu l’occasion il y a un an de proposer un spectacle assez nouveau à l’Atelier 210. on va intégrer des éléments de ce spectacle là pendant le concert. On sera très nombreux sur scène. Le reste, c’est une surprise !

En Belgique, vous proposez le même répertoire depuis plus d’un an. Vous n’en avez pas marre de chanter toujours les mêmes chansons ?
On a encore quelques concerts en Belgique mais pas énormément. On tourne essentiellement à l’étranger. C’est clair qu’en Belgique, proposer les mêmes concerts depuis un an et demi, on en éprouve une certaine lassitude. C’est pour ça qu’on essaie chaque fois de proposer du neuf, ça nous motive et nous donne des objectifs. Par contre, à l’étranger, c’est un public qui ne nous connaît pas. On a la chance de pouvoir proposer un spectacle bien rodé. Jouer devant un public qui ne nous connaît pas c’est excitant car on doit tout prouver. Heureusement qu’on va souvent à l’étranger pour l’instant sinon, oui,  on en aurait marre.

D’ou vient votre succès alors que la vague est au folk anglais ?
Je crois que la vague folk anglaise existe depuis longtemps et on propose quelque chose qui n’est pas neuf musicalement parlant mais qui revient aujourd’hui au goût du jour. Il y a une émergence de festivals qui ont une vocation équitable. Et ces festivals là viennent chercher ce genre de groupes.

Vous jouez bientôt au Québec et à St Petersbourg. S’exporter c’est un rêve qui se réalise ?
Ça fait des années qu’on rêve d’aller jouer au Canada. C’est ce qui nous semblait le plus abordable dans un premier temps. Cette année, c’est confirmé on va aux Francofolies de Montréal et aussi à Québec. Pour nous, c’est énorme parce qu’on est persuadé que pour grandir, avancer, il faut vivre énormément de choses. On se le dit souvent quoi de plus chouette que le voyage pour s’accomplir, rencontrer d’autres cultures, d’autres personnes, d’autres musiques. Aller présenter notre travail à l’étranger, c’est juste énorme, ça va être un grand moment.

 

Maïlys Charlier

Le 24 avril au festival Un Soir Autour du Monde
www.unsoirautourdumonde.be 

16:34 Publié dans Festivals | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.