Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/05/2010

Interview Express: Hallo Kosmo

halloskomo.jpgCe mardi soir, le Botanique fêtait les Belges et plus particulièrement le label 62 TV - 30 février. Music Live s'est promené dans les coulisses des Nuits Bota pour quelques interviews express.
A l'Orangerie, il y avait également Hallo Kosmo, le projet moitié pop, moitié ovni de Daniel Offermann, qui - s'il faut encore le rappeler - n'est autre que le bassiste des Girls in Hawaii. Tout de bleu vétu, Daniel et sa joyeuse bande - composée de Denis Wielemans (le batteur des Girls in Hawaii), de Fabrice Detry (Austin Lace) et de François Gustin (ex-Tellers) - entamaient les festivités sur la scène de l'Orangerie. Les quatre couleurs du groupe étaient présentes sous forme de long draps, de quoi planter le décor dès le début. Hallo Kosmo, on aime ou on aime pas mais ce qui est sur c'est que leur pop déjantée marque les mémoires! En témoigne, la file d'attente devant l'Orangerie où quelques malheureux n'ont pas eu le plaisir de venir écouter Hallo Kosmo.


Les 15 ans de 62 TV, c'est une date particulièrement importante pour vous...
"Oui, c'est grâce à eux que je suis musicien à temps plein. C'est grâce à des labels comme ça, avec des personnes motivées, que des groupes comme nous peuvent exister."

Comment se passe la tournée de Kazablanka?
"C'est très marrant, on s'amuse beaucoup. A force de jouer de plus en plus, on devient un vrai groupe. Au début, le public ne sait jamais trop à quoi s'attendre.  Avec les Girls in Hawaii, tu sais quel public tu vas avoir. Mais Hallo Kosmo, les gens viennent pour découvrir, ils ne connaissent pas le groupe et sont parfois un peu surpris. Mais ça se passe généralement bien."

Est-ce que le public s'approprie facilement le concept Hallo Kosmo?
"Il y a des gens qui aiment bien et d'autres qui n'aiment pas du tout. C'est un peu le principe d'Hallo Kosmo. Quand on monte sur scène, ça impose déjà une certaine ambiance, une ambiance festive, pas trop sérieuse. Le public voit que le côté visuel est travaillé sans être trop pompeux. Tout ça communique déjà une partie de l'esprit du groupe."

Vous n'avez pas peur du va et vient du public pendant le concert?
"Non, pas tellement. Les gens qui n'aiment pas ne sont pas obligés de rester. Et donc les gens qui sont là, restent parce qu'ils aiment vraiment. C'est un peu le jeu du festival aussi. Tu n'es pas obligé de rester tout le concert, tu peux voyager dans les autres salles. En plus, le cadre des Nuits Botanique c'est assez confortable pour un musicien."

C'est presque devenu une habitude de jouer avec Lucy Lucy...
(Rires) "Oui, on se croise beaucoup. Ils viennent aussi de sortir un album donc ils tournent beaucoup. Et puis Fabrice, qui joue dans Hallo Kosmo, a aussi enregistré avec eux. On est devenu une petite clique. C'est chouette car on peut comparer d'un concert à l'autre et avoir des avis objectifs."

Maïlys Charlier

Les commentaires sont fermés.