Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/07/2010

Muse et Faithless : on comprend pourquoi ce sont des habitués

pic.jpgC’est indéniable : au fil de ses passages par Werchter (cinq déjà), Muse prend de l’ampleur. Ses passages par différents stades ont certainement fait réfléchir le groupe et son entourage sur ce qu’il fallait faire pour que le spectateur assiste à un show complet. Avec dix-huit hexagones placés derrière la scène (ces polygones sortent d’écrans géants, et diffusent des vidéos ou les images du concert lui-même), la tenue argentée de Matthew Bellamy ou la batterie de rechange à loupiottes de Dominic Howard paraîtront encore sobres.


Mais les Anglais ne basent pas tout sur un visuel fort ou un son costaud : ils peuvent surtout se reposer sur un répertoire étonnant. En jouant seize morceaux jeudi soir, ils ont dû faire reconnaître à celui qui n’aime pas ce trio (quatuor pour la scène) ou, souvent, qui ne l’aime plus, que peu de titres lui étaient inconnus. En témoigne la set-list  : Uprising, Supermassive Blackhole, New Born, Map of the Problematique, Bliss, Nishe, United States of Eurasia, Feeling Good, Undisclosed Desires, Resistance, Hysteria, Time is Running Out, Starlight, Stockholm Syndrome et, en rappel, Plug in Baby et Knights of Cydonia . “We’ll Be victorious” , chantait-il en apéro.

Certes, certes…
Mais, après cela, Faithless n’a pas démérité non plus. Les habitués du site ont toujours et le don de conquérir une foule. Avec The Dance, leur dernier album, les Britanniques ont tout compris. Sous la direction de Maxi Jazz torse nu sous son costard blanc, Faithless a mis le feu.

B. Vt.

13:33 Publié dans Werchter | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.