Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/07/2010

Tempête soul et éclairs Roussel sur les Ardentes

gaetan4.jpgDimanche après midi, la furie Sharon Jones a fait trembler le festival liégeois; suivi de près par Gaëtan Roussel et son mix pop énergique. À trois jours de la Fête nationale française – bien fêtée à Liège –, le dimanche des Ardentes affiche une jolie palette de noms hexagonaux en vogue : Fleurent-Didier, Cherhal, Eiffel, Roussel, Nouvelle Vague, Saez. Le jazz et la soul américains ne sont pas en reste, avec Christian Scott, José James et Sharon Jones. Mais ici comme ailleurs, c’est d’un autre match, qui se jouera le soir, que l’on cause en coulisses…


Pour l’heure (15 h 30), ce sont, caressantes, subtiles, les notes bleues du trompettiste Christian Scott, entouré d’un quatuor, qui s’envolent dans la halle clairsemée. Du cuivre, Jeanne Cherhal, côté jardin, en porte, sur sa microrobe scintillante, avec hauts talons rouges – qu’elle troquera finalement contre les tongs d’une festivalière. La Française a visiblement pris goût aux tonalités rock prodiguées par ses compères French Cowboys. “Allez les glottes cuites, chantez sans moi, pour voir”, lance-t-elle à son public qui brûle au soleil. Belle prestation, bouclée par les vrombissants Liquide et Certains animaux . Retour à la halle et au jazz. Instant de grâce. José James fait de sa voix ce qu’il veut. Tout en chantant, on dirait qu’il la sample, qu’il la mixe – on ne s’étonne pas qu’il ait collaboré avec de grands DJ – puis il la fait virevolter sur plusieurs octaves, ou lui donne la douceur d’une caresse. Chapeau.

Pendant ce temps, Été 67 déploie ses ritournelles, plus rock que chanson (c’est le jour…). Le sextet emprunte à la musique zydeco de la Louisiane, le temps d’une prometteuse nouvelle chanson (Working song ), et pique à son idole Dutronc On nous cache tout .

Le public reprend en chœur Le quartier de la gare , dans une ambiance familiale, relax.

Il n’a pas vu venir la tempête. Elle s’abat, furieuse, à 18 h 20 et ne va pas faiblir pendant une heure. Son nom : Sharon Jones. Entourée des (10 !) Dap-Kings (cuivres, chœurs…), la native d’Augusta – comme James Brown – balance, à sa façon hyperénergique, une funk-soul héritée des années 60 et 70, Motown et Stax.

À 54 ans, dans sa robe charleston, elle se trémousse et éructe comme une gamine (ou plutôt une sorcière), harangue la foule comme une politicienne, et, avec tout ça, chante sans faille. Waouw !

De la soul, du funk, des cuivres et des chœurs, il y en a dans le projet solo de Gaëtan Roussel (leader de Louise Attaque), qui la suit sur la même scène. Mais aussi des riffs rock, des étincelles électro, des basses hypnotiques et des chansons fluides, le tout formant un mix pop énergique et euphorisant.

La preuve encore à Liège, où Roussel et son groupe survolté ont fait voler la poussière du parc en début de soirée. Tandis que de la petite halle s’échappait le bourdonnement des… vuvuzelas .

11:37 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.