Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/07/2010

Dour ou cent façons d’accrocher son public

dour.jpgFucked Up, Vismets ou Pony Pony Run Run ont su capter l’attention de la foule hennuyère. Pink Eyes, le chanteur de Fucked Up, était certainement conscient que jouer à 15 h 25, un troisième jour de festival n’est pas spécialement un cadeau. Mais un tel horaire n’a pas l’art d’effrayer le Canadien. Dès la première chanson, avant de s’écraser une canette sur le crâne, il a tombé le t-shirt. Avec un physique de garçon boucher, le gaillard a réussi à mettre le feu à un public qu’il a côtoyé de près.


De très près même puisqu’il a passé son temps parmi celui-ci. Bénéficiant d’une belle longueur de câble pour son micro, il a été serrer des pinces, pris des gars sur ses épaules, réveillé un autre – comment est-ce possible de dormir avec le raffut que cela faisait? – s’est couché et s’est même mis à genou.

Et pendant ce temps, imperturbable, son groupe – c’était rigolo de constater le contraste dans les looks avec une bassiste que l’on aurait dit tout droit sortie de La petite maison dans la prairie – a quant à lui continué à balancer un gros son.

Juste avant dans la tente juste en face, les Vismet devaient faire face à un calendrier quasiment identique. Et les Bruxellois s’en sont bien tirés, eux qui ont quasiment ouvert devant trois pelés et quatre tondus avant que les gens n’affluent. Avec un gros son dans les valoches, Dan Klein et Cie sont parvenus à balancer un set propre et, surtout, à faire se bouger les gens.

Mass Hysteria et son bavard de chanteur sont une référence du métal français. Dans la langue de Voltaire, les Hexagonaux sont péchus avec des textes qui prônent l’ouverture ou, pour le moins, qui préconisent une attitude positive. Pour cette nouvelle apparition à Dour, ils n’ont pas déçu.

Os Mutantes, également, saluait son retour sur le site de la Machine à Feu. Le combo brésilien et psychédélique, fondé en 1965 a, bien sûr, parfois des accents très rétro.

Comme ceux de Pony Pony Run Run qui s’appuie sur quelques trésors des années 80. Et les Français, incontournables depuis la sortie de Hey You , ont eu l’intelligence, sur scène, d’accentuer les beats pour que le Dance Hall puisse justifier son nom. Et même quand, une petite minute, ils restent immobiles, la foule vrombit. Quand on parle de buzz

Mais il y a également moyen de ne pas spécialement accrocher son public. Si Little Dragon est à ranger dans cette catégorie-là, Inna de Yard All Stars y trouvera une petite place mais simplement si on les compare à Raggasonic. Sur la plaine de la Last Arena planait une fumée poussiéreuse soulevée backstage par le vent. De loin, on aurait pu penser que Daddy Mory et Big Red avaient poussé leurs fans à rouler quelques feuilles. Une impression trompeuse. L’ambiance, qu’on pressentait également de loin, elle était bien réelle.

Ambiance fumeuse aussi pour De La Soul. Accompagné de Rythm Roots All Stars, c’est une dizaine de gaillards sur scène pour fêter les vingt ans de 3 Feet High and Rising . Si tous les festivaliers – la plaine était bondée à 22h – ne devaient pas être nés à cette époque, c’est avec délectation qu’ils se sont plongés deux décennies en arrière.

Basile Vellut

13:36 Publié dans Dour | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

J'ai rencontré une fille brièvement dimanche fin d'après midi. Elle était accompagné de 2 amis et était coiffé avec une grosse mèche rouge en l'air sur le coté. Comme la fille sur la 11eme photo. Nous sommes allées nous assoir a l'ombre. Si elle se reconnait qu'elle laisse un message. Une bouteille à la mer.

Écrit par : Pierre | 19/07/2010

Les commentaires sont fermés.