Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/07/2010

Ghinzu kills in the name of Dour

pic.jpg125 000 spectateurs en quatre jours : le Dour Festival a, certes, connu une petite baisse de fréquentation par rapport à l’année précédente (de l’ordre de 10 %), cette 22e édition n’aura pas été une déception. Bien sûr, Carlo Di Antonio, le maître d’œuvre local, cherchait à trouver les explications à ce léger recul - il parlera davantage d’une stagnation - sans pour autant devoir le faire au pied du mur : "Nous avons connu quelques excellentes éditions de rang, si bien que nous avons provisionné en cas de coup dur. Il serait facile de mettre sur le dos de la crise, les quelques milliers d’entrées que nous avons enregistré en moins. Je ne peux que constater qu’il nous a manqué une grosse tête d’affiche métal et, probablement, un gros nom festif - comme Babylon Circus - pour mettre de l’ambiance. En plus, nous devons faire face à une concurrence européenne féroce car, sans en avoir les chiffres précis pour l’attester, nous accueillons, par exemple, moins de festivaliers anglais".


La certitude, c’est que les organisateurs ne seront pas déficitaires cette année-ci et que, dimanche soir, peu de campeurs manifestaient le désir de battre retraite. Et là encore, le Dour Festival se démarque de ses "concurrents" en accueillant des campeurs du mercredi après-midi au lundi après-midi. Certes, les premiers décibels - sur la plaine - ne s’entendront qu’à partir du jeudi et les derniers s’arrêteront le lundi vers 5h du matin, mais il y a des festivaliers, avec une santé de fer et un moral au zénith qui passeront quasiment six jours sur le site.

Si ce sont les habituels dj’s qui ont mis un terme à cette 22e édition, les organisateurs ont été chercher à Bruxelles la dernière tête d’affiche du festival. Les cinq gars de Ghinzu (Jean, de Montevideo, n’a toujours pas déserté son poste, survolté comme à son habitude) prêchaient certainement en terre conquise mais il faut reconnaître que John Stargasm, dont la barbe n’aurait pas dénoté au sein d’Archie Bronson Outfit qui jouait devant un parterre malheureusement déserté à la même heure, était dans une forme électrique olympique.

Survolté quasiment d’un bout à l’autre du concert, le Bruxellois a réussi un show peut-être plus rentre-dedans qu’habituellement. Alors qu’on pensait qu’un problème de claviers ("Le problème technique a duré 45 secondes et a été réparé par les meilleurs backliners du monde", selon le chanteur) avait poussé les Belges à axer la set-list sur davantage de guitares, ou que le petit nombre de dates (il reste les Francos et le Brussels Summer Festival et une date en Suisse cet été) avait placé John Stargasm en position de manque, c’est peut-être simplement un bon soir pour le groupe. Même si Blow, prétendument, par manque de temps, n’a pu terminer le set, "Do You Read Me", "Cold Love" ou "Dragon" furent de beaux morceaux de bravoure. Et la reprise de "Killing in the Name" de Rage Against The Machine, malgré quelques imperfections, fut une belle tuerie pour des festivaliers qui n’étaient donc pas encore au bout du rouleau. Reste maintenant à recouvrir quelques forces avant la 23e édition.

07:17 Publié dans Dour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.