Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/07/2010

Renan Luce en toute simplicité

renan.jpgTête d'affiche du vendredi soir, Renan Luce faisait déjà la fête jeudi soir en compagnie des festivaliers, avant d'aller voir Jacques Dutronc. L'interprète de La Lettre a été charmé par Spa, ses terrasses et son ambiance. Après avoir joué sur la scène Fnac en 2007, Renan Luce était sur la même scène qu'Alain Souchon, pour clotûrer la soirée de ce vendredi.


Le bilan de ce deuxième album?
C'est difficile d'avoir du recul sur tout ça. Par rapport au premier album, j'ai plus d'expériences, l'expérience de jouer avec des musiciens professionnels aussi. Avant, quand je faisais des concerts, c'était tout seul dans des bistrots. Tout ça a changé ma manière de composer, d'envisager des arrangements, les sujets que j'aborde.

En 2007, l'après-midi au village Francofou et aujourd'hui en tête d'affiche de la Rapsat...
J'ai un excellent souvenir de cette scène Fnac il y a trois ans. La sensation n'est pas si différente de jouer sur une scène plus petite. Les impressions sont les mêmes que sur une grande scène. On raconte nos histoires aux gens de la même manière.

Vous partagez la scène avec Alain Souchon ce soir...
J'ai eu beaucoup de plaisir à le rencontrer. Il est vraiment charmant. Il a toujours un petit mot amical pour moi, c'est très agréable.

Le deuxième album était fort attendu, est-ce que c'était une pression supplémentaire?
Je ne sais pas s'il y avait réellement une pression. J'ai l'impression que ça s'est assez bien passé. Mais on ne sait jamais quelles sont les attentes du public. Sans le vouloir, on cherche ce qu'on avait sur l'album précédent. C'est assez compliqué un deuxième album. Après la composition des premiers titres, ça s'est débloqué et je n'y ai plus réfléchi.

Vous avez participé à la B.O. du Petit Nicolas...
J'étais heureux qu'on me le propose. Ce sont des livres que j'ai beaucoup lu étant enfant. J'ai beaucoup de souvenirs liés à ce livre là. En plus, j'étais en pleine écriture du deuxième album donc c'est comme si on me donnait un thème de chanson. L'enfance, c'est un thème que j'aime bien aborder et que je fais souvent par petites touches. Là, c'était l'occasion de le faire de manière plus frontale.

Un artiste avec qui vous auriez aimé jouer à ces Francos?
J'aime beaucoup Ete 67. Quand ils ont joué avec Dutronc jeudi, j'étais presque jaloux.

A 30 ans, deux albums, le succès et de nombreuses têtes d'affiches. Qu'est-ce qui vous manque?
Un troisième album (rires). J'ai très envie de prendre le temps de le faire, d'aller plus loin que mes deux premiers albums, chercher de nouvelles choses, essayer des choses que je n'osais pas jusqu'ici.

Le cinéma, ça ne vous tente pas?
Je n'aime pas la manie qu'ont les chanteurs de faire du cinéma. C'est pas dans mes projets en tout cas.

Maïlys Charlier

En concert le 16 août au Brussels Summer Festival
www.bsf.be

Les commentaires sont fermés.