Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/08/2010

Démarrage au quart de tour

ironmaiden3.jpgUn quart de siècle, ça se fête. Pour cette 25e édition, le Pukkelpop, avec une affiche comme à son habitude éclectique tirée par quelques beaux fers de lance, avait un petit air de fête. La grâce au retour d’un beau temps plus saisonnier mais aussi par ces vieux manèges placés en début de site. Certes, pas de quoi donner des sensations incroyables à une jeunesse rouée à des parcs d’attraction aux technologies bien plus avancées mais juste ce qu’il faut pour faire un petit pas en arrière, histoire de marquer l’espace parcouru depuis la création du Pukkel.


En 1986, date de la première édition du festival, Iron Maiden, l’incontestable tête d’affiche d’hier si l’on en croit le port des divers t-shirts, vestes en jeans et autres tatouages à la gloire du groupe, existait depuis une dizaine d’années déjà. Et sans leur faire insulte, le poids des ans se marquait sur le physique des six gaillards qui se ménageaient quelques pauses pour tenir l’ensemble du set. Avec The Final Frontier à fourguer – Bruce Dickinson énumérera les pays où l’album est numéro 1 (Allemagne, Angleterre, Pays-Bas,…) n’insistant pas, sciemment, sur la Belgique faisant ainsi bien passer le message –, les Britanniques ont alterné nouveaux et anciens morceaux pour faire bouger la plaine. “Certains ne nous ont jamais vu. Iron Maiden, c’est du ska, du reggae ? Non, du p… d’heavy metal.” Qui ne s’en souviendra pas…

Mais avant cela, Black Rebel Motorcycle Club avait donné le la dans un Marquee pourtant pas surchauffé. En balançant un set aussi carré qu’aux Nuits du Bota mais plus relevé en morceaux pêchus vu le temps imparti, le trio californien ne s’est pas appesanti en digression inutile. Du solide. Comme Blink-182, parfaite chauffette pour Iron Maiden. Treize ans après leur première visite au Pukkel, les Californiens se sont regroupés (ils s’étaient éparpillés dans +44, Angels&Airwaves,…) pour présenter un nouvel album.

Leurs compatriotes de Band of Horses font bien davantage dans la finesse. Et tout autant dans l’adhésion d’un public aux anges. Avec un deuxième album probablement plus grand public, les cousins de My Morning Jacket ou de Grandaddy ne se la jouent pas intimistes sur scène. Ni grandiloquents. Leur justesse parle également pour eux. Davantage, probablement, qu’un autre band, celui des Skulls. Encensé, le trio de Southampton a des morceaux qui tombent justes mais moins de lyrisme ou de passion dans le cœur. Band of Skulls sera donc à revoir.

Basile Vellut

08:36 Publié dans Pukkelpop | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Ceci est très true.I perdu mon poids change juste fait dans les aliments, en prenant tous les végétariens et des low carb letitsound.blogs.dhnet.be m'a beaucoup aidé et je suggère à tous

Écrit par : сосна мебель | 11/06/2012

Les commentaires sont fermés.