Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/08/2010

Le pukkel au top

queens3.jpgLa troisième journée, fort heureusement, n’a pas connu de drames. De quoi clore la 25e édition sur une note vraiment festive. Revue, subjective, des troupes. The National , c’est certain a pris de la dimension ces dernières années. Avec High Violet , les Américains méritaient tout à fait leur place sur la scène principale, fut-ce celle-ci encore éclairée par un soleil couchant. Matt Berninger et ses potes (ils étaient huit sur scène hier) savent enlever leurs morceaux (Fake Empire, Mr December ,…) et leur donner de la consistance dans des finaux pouvant toucher au sublime. Et comme le chanteur a l’air habité, on se sent un peu plus intelligent à la fin du concert.


Pas besoin de faire s’activer ses neurones pendant Queens of The Stone Age qui a sorti un set carré, puissant, jouissif. Avec un Joey Castillo qui a une puissance de feu incroyable derrière ses fûts et un Josh Homme, virtuose de la guitare, Qotsa, ça roule. No One Knows, Little Sister, Sick Sick Sick, Burn the Bitch et la main stage et sens dessus dessous. “La première fois que nous avons joué en Europe, c’était ici , se souvient Josh Homme. “Il devait être 11 h du mat. Que de terrain parcouru. Ce jour-là, j’étais encore bourré de la veille et défoncé. En fait, quand j’y pense, rien n’a bien changé.”

À l’ombre des têtes d’affiches, Nosaj Thing venu tout droit de Los Angeles a offert un set d’anthologie. Passant à la moulinette Portishead, The XX ou du hip hop old school pour en ressortir un set electro passionnant. Une parfaite introduction au concert sans failles de Caribou qui allait suivre. Le Canadien, accompagné de trois acolytes, a revisité avec talent l’inusable Andorra et le plus fraîchement sorti Swim offrant ainsi au public des moments de transe. La chaleur légendaire du château y étant sans doute également pour quelque chose…

Goose , avec un deuxième album en préparation, a retrouvé le Pukkelpop et n’a rien perdu de son efficacité. Trois synthés, une batterie et, parfois, l’une ou l’autre guitare et les Flamands bastonnent. La suite promet… Comme le set des frères Dewaele avec Soulwax dans un Dance Hall vraiment trop exigu. Les recalés auront pu se défouler sur 2manydj’s plus tard dans la nuit. Jonsi , au Marquee, a fait planer un zeste de douceur dans ce monde de brutes.

Broken Bells ne s’apprécierait que sur disque ? Le constat est certainement trop sévère mais Danger Mouse et Cie manquaient un peu d’imagination hier. Uffie , venue défendre Sex, dreams&denim jeans, n’a pas dépassé la barre du satisfaisant. Un show trop austère pour convaincre totalement.

Basile Vellut

12:23 Publié dans Pukkelpop | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.