Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/09/2010

Phil Collins: “Je suis à l’âge où le matériel s’use…”

phil.jpgPhil Collins joue de la musique soul, à rouler par terre. Il y a un an à peine, il affirmait à qui voulait l’entendre que la musique et lui, c’était une histoire terminée. Pas parce que la passion s’était éteinte, mais parce qu’une opération du dos en avait décidé autrement et que, par extension, il souffrait de douleurs dans les bras et les mains. Gênant pour un batteur… Le musicien en était presque arrivé à faire son deuil des caisses claires et autres cymbales, plaisantant même sur le sujet. “Ça ne fonctionne plus comme avant mais je suis à l’âge où le matériel s’use !”, disait-il.


Et pourtant, le voilà de retour, avec un album au titre évocateur – Going back – comme si l’artiste, pour exorciser tout ça, avait décidé de remonter le temps. Et tant pis s’il n’y a rien de neuf à se mettre dans les oreilles. “C’est le disque que je rêvais de faire depuis le début des années 1980”, confiait-il récemment au Figaro.

“Il y aura des déçus et des ravis. Disons que j’ai décidé de ne faire que ce qui me plaît. Je ne voulais rien créer de neuf, juste me pencher sur ces titres que j’adore et ai toujours voulu chanter.” En l’occurrence, des titres puisés dans le répertoire de la Motown, dont il était fan, adolescent déjà. “Mon ambition était de jouer les chansons telles quelles, en reconstituant les parties comme les pièces d’un puzzle : les arrangements de cordes et de cuivres, et les parties de batterie sont identiques à 95 % !”

Et pour parvenir à frapper les fûts et obtenir le son dont il rêvait, le musicien a eu besoin de quelques… coups de main. “Je saisissais la baguette de ma paume, faute de force dans les doigts. On (avec Yvan, son ingénieur du son, NdlR) s’arrangeait en faisant 2 ou 3 prises pour saisir le groove, on recommençait pour le rythme, jusqu’à tout réunir au mieux.”

Au final, cela donne un disque à l’ancienne, avec une Face A et une Face B – encore un clin d’œil aux vinyles de la Motown, truffé de 18 morceaux, de Girl (Why you wanna make me blue) à Going back, donc, qui donne son nom à ce nouvel opus. Entre les deux, Phil Collins se fait plaisir…

I.M.

Les commentaires sont fermés.