Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/10/2010

La nouvelle Sia est arrivée

dxc__ix2570785.jpgSia nous revient avec un quatrième album pour le moins surprenant. Un rire communicatif et bruyant nous parvient de la loge de l’AB. Ouf, Sia Furler a l’air en forme et fort sympathique. La porte de la loge s’ouvre et c’est une artiste décontractée, sourire aux lèvres qui nous accueille pour la promo de son quatrième opus, We are born.


Ceux qui connaissent Sia depuis ces débuts auront pu remarquer le changement de style du dernier album, beaucoup plus pop et plus dance que ces prédécesseurs. Certains crieront peut-être que Sia est une vendue. Mais la demoiselle proclame qu’elle n’a pas changé et n’a plus peur d’être enfin elle-même : « Je fais ce genre de musique depuis longtemps. La seule différence c’est que personne ne voulait sortir ces chansons car on me voyait comme une artiste « downtempo ». Aujourd’hui, l’industrie du disque peut se permettre de me vendre comme une artiste pop.»

Et à ceux qui l’accusent de faire ça pour l’argent, Sia est honnête : « Je peux enfin gagner ma vie, arrêter de saboter ma carrière et faire la musique que j’ai envie de faire. Je sais qui je suis et c’est ce qui compte.»

 

C’est que l’Australienne a du répondant. Quand on lui demande pourquoi avoir écrit des chansons pour Christina Aguilera, elle répond toute guillerette « Qui va dire non à de l’argent gratuit ? » Et de nous dire plus sur cette collaboration : « Christina est très professionnelle et très gentille. Avant d’écrire une chanson pour quelqu’un, je dois faire un peu de thérapie avec elle, apprendre à la connaître, à connaître ses problèmes pour pouvoir écrire des choses qu’elle ressent, qu’elle a envie de chanter. Elle est vraiment ouverte à parler de ses problèmes et c’était un plaisir de travailler ensemble ! » Pourtant le star-système n’est pas trop son truc. Récemment, la New-yorkaise annonçait sur son Twitter vouloir disparaître. « Je n’aime pas les tapis rouges, les soirées people et tout ce monde là. Etre reconnue tout le temps est la pire chose qui pourrait m’arriver. Après cet album, je vais arrêter d’apparaître dans les clips et sur les pochettes de mes albums. C’est pour ça que dans mes clips, je me déguise ou j’apparais avec le nez, la bouche ou les yeux tordus.»

 

C’est avec une reprise de Madonna, Oh Father, que Sia termine ce nouvel album. Un morceau qui n’a failli jamais se retrouver sur We are born : «Au début, Madonna n’était pas d’accord car j’ai changé quelques mots de la chanson. On lui a quand même fait écouter ma version et elle a finalement adoré. »

 

Si son prénom ne vous dit rien, rappelez-vous les dernières minutes de la cinquième saison de Six Feet Under, le magnifique Breathe me, c’est elle. Pourtant, parfois, elle aurait préféré qu’on l’oublie : « Le lendemain de l’avoir écrite, je faisais une tentative de suicide. Ces sentiments là sont vrais et forts et c’est probablement pour ça que ça touche autant les gens. Ce qui m’ennuie c’est ce que je ressentais au moment de l’écrire et qui j’étais à cette période là. Quand on me parle de Breathe me, ça me ramène chaque fois à ces sentiments là. Mais je suis reconnaissante envers cette chanson, elle a été déterminante pour ma carrière.»

 

Maïlys Charlier

Les commentaires sont fermés.