Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/10/2010

Circulez dans le bazar d’Arno

arno7.JPGCinq dates bruxelloises soldout pour démarrer la tournée extraite de son dernier album, Brussld. Logique donc qu’Arno entame ce concert avec le titre Brussels, une ode à notre belle capitale. Après le KVS, c’était à l’Orangerie du Botanique qu’on pouvait applaudir Arno. Le plus bruxellois des Ostendais était très en forme vendredi soir. Livrant un show très rock, tantôt assis, tantôt debout. Blagueur, Arno a fait rire le Bota plus d’une fois. L’a ému aussi avec ces histoires familiales. Son fils, sa mère, sa grand-mère, ses tantes. Il y a des titres hommages pour tout le monde !


S’adressant au public en néerlandais et en français, faisant rire une moitié de salle en décalage par rapport à l’autre. Relevant que ses tantes préfèrent venir le voir à l’AB lundi plutôt qu’au Botanique, parce que « c’est plus chic ». « Chacun son bazar » conclut-il. Et le bazar d’Arno c’est quelque chose ! « Quand on pense quand on danse, c’est qu’il y a un problème », « Tomber amoureux, c’est comme un mal de tête, ça part et ça revient », le chanteur flamand en balance entre chaque chanson, rendant hilare son public. Le concert sonne comme une énorme fête et avec son vieux complice Serge Feys, Arno a présenté la quasi totalité de son dernier opus : Mademoiselle, Quelqu’un a touché ma femme,  Elle pense quand elle danse, ça monte, Le lundi on reste au lit

Avant de se plonger dans la politique et de dédier la suivante aux socialistes de Flandre : « Je pense qu’il y a plus de socialisme dans les salons de coiffure ! Quand je regarde la télévision, je ne comprends rien à ce bazar de BHV. Les habitants non plus d’ailleurs ! » Et d’entamer une reprise, à la sauce Arno, de Bob Marley : Get up, stand up. Le message est passé, le public enchanté en redemande encore. Quoi de mieux pour présenter son groupe très européen que Putain, Putain. Avec un guitariste allemand et un bassiste polonais, Arno n’a aucun mal à chanter « nous sommes tous des Européens ».

Vient l’heure du rappel et les magnifiques Yeux de ma mère. C’est que l’on n’a jamais entendu une salle aussi silencieuse. Arno parvient même à faire taire les ivrognes de la salle. Et à les déchaîner sur le dernier titre Les filles du bord de mer, laissant une Orangerie électrique et festive. Allez allez circulez, Arno terminera sa tournée mercredi au VK et quelque chose nous dit qu’elle aura semblé trop courte pour les Bruxellois.

 

Maïlys Charlier

23:27 Publié dans Concerts | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.