Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/11/2010

Une seconde jeunesse grâce à Youth ?

ozark.jpgPour la première fois, Ozark Henry a décidé de prendre un producteur pour l’aider. Et pas n’importe qui puisqu’il s’agit de Youth, bassiste et membre fondateur de Killing Joke mais qui s’est surtout forgé ces vingt dernières années une fameuse réputation de producteur en collaborant notamment avec U2, Depeche Mode, The Verve ou Fireman (Paul McCartney).


Qu’est-ce que Youth vous a apporté ?
“Il m’a donné la liberté d’être plus l’artiste et moins le producteur. Je ne devais pas avoir tout le temps deux casquettes. Je me suis davantage amusé. Les responsabilités c’était pour lui. Lui c’était un vrai coach. Pour moi et pour les autres musiciens. On sortait le meilleur directement. Comme on enregistrait live, il fallait avoir les bonnes vibrations directement. On ne pouvait se cacher derrière aucune excuse. Si ce jour-là, t’as presque pas de voix, ce n’est pas grave, tu chantes comme ça, on ne reprendra pas les morceaux plus tard. Il met tout le monde dans un univers où chacun donne tout.”

Bizarre, vous vous retenez de sortir un album et quand vous le faites, vous le faites très vite. Vous auriez pu continuer à prendre votre temps… Quinze jours de plus, ce n’était pas grave…
“C’est comme monter sur l’Everest. Arrivé en haut, t’as juste le temps de planter ton drapeau et de prendre une photo que tu dois rentrer immédiatement parce que t’es à la bourre. Pour capturer une image, c‘est comme ça qu’il faut faire. Quand t’as le temps pour prendre une photo, des années, tout le monde peut le faire. C’est l’énergie, l’électricité de l’instant qui est captivante. Elle est conservée si tu ne la chipotes pas. Si ce que tu as fait reste pur.”

Malgré l’apport de nouveaux musiciens, il reste une marque, celle d’Ozark Henry.
“Oui, mais tu sens qu’il y a une sorte d’authenticité, de pureté, tu sens que ça sonne vrai. Si tu sonnes comme ça, c’est parce que tu étais comme ça. Si la guitare sonne comme ça, c’est parce qu’elle était comme ça. Rien n’est trafiqué.”

Les musiciens vous connaissaient-ils ?
“Non, mais Youth me connaissait bien. Il m’a dit, quand je l’ai rencontré, qu’il pensait que je n’avais pas besoin d’un producteur. "Est-ce que t’es prêt à travailler avec un producteur ?" Il faut être prêt à se laisser aller. Moi, je suis un grand fan de tout ce qu’il a fait. Travailler avec lui fut un peu un hasard, mais c’était une chance à saisir. Il ne faut pas hésiter.”

Vous aviez amené cinquante chansons au studio espagnol de Youth ?
“D’autres sont nées là-bas. J’avais une équipe de 350 chansons. Et parmi les co-writings que j’ai faits, il y avait une vingtaine de chansons que je sentais vraiment comme miennes. Youth m’a dit de faire une sélection de 50. Il m’a dit de venir chez lui à Londres et de les jouer. Ensuite, il allait me dire, en Espagne, celles qu’il avait choisies. Le jour même, comme ça, je ne pouvais pas réfléchir à la chanson, à me dire si j’allais en faire une version rapide ou planante. Comme ça je ne pouvais pas me faire des idées. Je ne pouvais pas connaître ses choix qui étaient souvent surprenants. Et bien sûr, comme j’écris tout le temps, j’ai écrit des chansons sur place. Même une avec lui, A Night Sea Journey. Le titre de l’album vient d’une chanson écrite un matin où je me suis réveillé tôt. Youth m’a demandé si j’avais de nouveaux trucs écrits sur place. La plupart des trucs étaient up tempo, celle-ci plus calme. On l’a enregistrée.”

Ce fut facile de laisser son contrôle artistique ?<
“J’ai senti directement que je pouvais avoir cette confiance. Et lui aussi. Sinon, pendant la session, j’essaie de prendre le contrôle et ça devient un enfer. Il faisait le choix des chansons et moi je devais répondre à toutes les questions…”

Votre septième album, vous le ferez avec un producteur ?
“Cela dépend de ce que je voudrai faire à ce moment-là. Mais travailler avec un producteur de ce niveau-là, c’est super…”

B.Vt.

Ozark Henry, hveLreki, (Emi)

08:39 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.