Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/11/2010

Femme et artiste libérée

shakira.jpgAprès nous avoir fait danser tout l’été, la libano-colombienne revient avec tout un album, Sale el sol. Rarement un hymne de la coupe du monde aura connu aussi belle carrière que le Waka Waka de Shakira. Un tube planétaire, une bombe lancée cet été et qui a eu pour effet de faire patienter les fans jusqu’à la chute des feuilles et les premiers frimas. Mais voici de quoi les réchauffer, donc, puisque Sale el sol, galette où alternent titre en espagnol et en anglais, qu’elle chante seule ou en duo, a de quoi faire remonter la température.


Funny bands au poignet , preuve sans doute qu’elle est restée un grand enfant, Skarira, 33 ans, est enthousiaste comme au premier jour quand il s’agit d’évoquer ses dernières compositions. “Cet album représente exactement ce que je suis actuellement, l’état d’esprit dans lequel je suis en tant qu’artiste et femme, explique-t-elle. Et ce, selon trois axes. “La direction romantique qui est là depuis trois ans, qui m’est venu comme ça et sur laquelle je ne peux pas revenir. Il y a des chansons très intenses, très romantiques et d’autres qui sont très rock’n’roll. J’ai commencé ma carrière comme une artiste rock avant de bifurquer vers la pop. Donc c’était amusant de revoir cette partie de ma personnalité artistique. Le troisième aspect, c’est le mérengué, le côté tropical, latino. Le côté festif qui fut très expérimental, je devais le trouver dans de nouveaux espaces, de nouveaux sons.”

Pour ce faire, la belle va s’isoler dans un petit studio, perdu au milieu de nulle part. Une expérience qu’elle qualifie d’“intéressante et amusante”. “J’étais un peu dans le creux fin de l’année dernière. Je ne sais pas pourquoi mais dès que 2010 a commencé, le soleil s’est mis à briller pour moi, peut-être de manière plus éclatante que beaucoup d’autres années dans ma vie. Je me suis retrouvée à sourire souvent. J’ai trouvé de nouvelles réponses sur la route. J’ai compris un peu mieux quels étaient mes buts en tant qu’artiste, en tant que femme. Je me suis sentie plus libre.

Un bonheur conforté, évidemment, par le succès remporté par Waka Waka qui lui a apporté “tellement de joie”. “Je n’ai jamais donné autant de bisous et fait d’accolades que le mois où j’étais en Afrique du Sud, rigole-t-elle. “Je n’avais jamais passé la frontière d’un pays où tous les douaniers dansaient le waka waka quand je suis arrivée. C’était une incroyable expérience. Ce contact avec les fans m’a manqué.

I.M.

Shakira, Sale el sol, Sony. Le 12 décembre au Sportpaleis d’Anvers

Les commentaires sont fermés.