Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/11/2010

Cali: “Le pop-rock est belge !”

cali.jpgUne collaboration catalano-belge, faite de soleil, de bon vin et de juteuses grillades. Enregistré à Perpignan, à un (gros) jet de pierre de son village natal de Fillols, l’album de Cali aurait tout aussi bien pu l’être à Bruxelles, si l’on en juge par le nombre de Belges qui y ont travaillé. “C’est un album catalano-belge, sourit-il. Pour moi, le pop-rock a été inventé en Belgique, puis c’est parti en Angleterre. Moi, si j’étais prof de pop, je ferai écouter à mes élèves Ideal Crash, de dEUS. Et en particulier Instant Street, que je leur passerai en boucle.”


Vous connaissiez tout ces musiciens avant de les convier chez vous ?
“Geoffrey Burton, je le suis depuis longtemps. On s’était croisé quand j’avais fait un duo avec Arno. Je lui ai demandé de réaliser le disque, et il a débarqué avec son groupe, le Honk Kong Dong. Alan Gevaert, le bassiste de dEUS était là également. Et Erwin Autrique, qui s’occupe du son au studio ICP. Je suis ravi parce que les Catalans ont adoré les Belges.”

Vous avez donc fait l’inverse de plein d’artistes français, en gros : vous avez déplacé la Belgique au soleil…
“Oui ! Mais j’adore la Belgique, je vous jure. J’y viens vraiment souvent.”

C’est un vrai studio où vous avez enregistré, à Rivesaltes ?
“Non, c’est une maison. Le papa du pianiste, qui était docteur, nous a laissé une petite pièce et on a installé un studio. Et puis, pour l’enregistrement de l’album, il nous a permis de casser des murs, jusqu’à la salle d’attente. La maison de disque était effrayée ! Mais maintenant, c’est un beau studio. On le prête à des amis chanteurs qui apprécient le soleil, le vin et les grillades catalanes.”

N’empêche qu’au final, vous êtes revenu chez ICP pour le mixage…
“Oui. Parce que ce studio, c’est quand même le plus beau du monde.”

Le dernier morceau de l’album fait presque huit minutes. Vous ne pouviez plus vous arrêter ?
“Non, ce n’est pas vraiment ça. C’est un morceau qui pourrait peut-être ouvrir le concert. J’avais envie d’un bon solo de guitare, je suis très fan des Yo la Tengo qui ont beaucoup d’envolées de musique, avec la voix qui arrive après… Geoffrey m’a dit d’accord, mais on ne fait qu’une prise, parce qu’on n’y arrivera pas deux fois. C’était une usine à gaz ! On a monté les micros et les amplis comme il fallait, on s’est mis face à face, guitare électrique tous les deux, moi le micro-chant et on a fait une prise. On est arrivés au bout et on a tout gardé, avec les imperfections et tout. C’est une vraie expérience…”

Vous pensez donc déjà au concert ?
“Oui. Il faut être honnête : pour moi, tous les disques sont des prétextes pour partir sur la route, pour s’amuser, pour mettre un bordel terrible. Les gens vont être heureux et nous aussi.”

I.M.

Les commentaires sont fermés.