Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/02/2011

"Mozart ? Une vraie rock star !"

0704-11.jpgLes chansons de la comédie musicale "Mozart - L’opéra rock" sont diffusées sur toutes les radios. Impossible de passer à côté. Toute la troupe fera escale ces 26 et 27 février à Forest National.

Entre costumes d’époques et tenues contemporaines sophistiquées, entre musique classique et chanson française, entre théâtre et concert, l’histoire de Mozart nous est contée en deux actes. Décors impressionnants, costumes magnifiques et coiffures surdimensionnées accompagnent la troupe de danseurs et chanteurs. Les amateurs du compositeur autrichien ne seront pas lésés puisqu’une chanteuse lyrique interprète somptueusement le Lacrimosa du Requiem en guise de fin. C’est Mickelangelo Loconte qui prend les traits enfantins de Mozart alors que Florent Mothe joue son pire ennemi : Salieri.


 Que découvre-t-on sur Mozart dans le spectacle ?

Florent : Comment il est devenu le génie qu’on connaît aujourd’hui et pourquoi il était un précurseur. Ce qu’il était ce qu’on appelle maintenant une rock star. Plus par son côté rebelle que son côté décalé.

 

Est-ce que la comédie musicale a été créée dans le même esprit qu’Amadeus, le film de Milos Forman ?

Mickelangelo: Salieri est différent. Dans le film, il a une image ambiguë et méchante. Dans notre pièce, c’est le seul qui avait compris le talent de Mozart. Salieri a des problèmes avec ce talent car il n’arrivait pas à croire qu’il avait trouvé quelqu’un techniquement plus fort que lui.

 

Montrez-vous le côté pervers du personnage de Mozart ?

Florent: Dans la folie du personnage, la fougue de la jeunesse.

Mickelangelo : Mozart n’avait pas tellement une vie de débauché. Il travaillait beaucoup plus et beaucoup plus vite que les autres donc il pouvait se permettre d’aller faire la fête. Il avait une mauvaise réputation car il aimait parler des tabous de la société.

 

Qu’avez-vous appris sur vos personnages respectifs ?

Florent : Que Salieri était très jaloux de Mozart mais qu’il ne l’avait pas assassiné. C’était quelqu’un qui aimait bien rire et faire la fête. Salieri a été professeur de grands compositeurs tels que Beethoven, Liszt, Schubert.

Mickelangelo : Tout ce que Mozart voulait c’était jouer sa musique, la faire voyager. Il ne voulait pas donner sa musique à une seule personne, à l’époque c’était innovateur. C’est quelqu’un qui arrivait spontanément à construire des châteaux d’harmonies d’une grande complexité. C’était un vrai génie.

 

Rigolez-vous comme le Mozart d’Amadeus ?

Mickelangelo : Non

Florent: Menteur ! Il rigole un peu comme Mozart mais c’est naturel chez lui.

 

Comment jouez-vous le coté enfantin de Mozart ?

Mickelangelo : Je suis comme ça dans la vie. Je réagis souvent comme un enfant. J’ai toujours eu des problèmes avec les adultes. Quand j’étais à l’école si j’agissais de telle ou telle manière, on disait que j’étais homosexuel ou autiste. J’ai été placé dans une école spécialisée car on pensait que j’avais un problème psychologique, que j’étais un attardé. J’ai décidé de ne pas faire partie du monde des adultes.

 

Maïlys Charlier

www.forestnational.be

18:51 Publié dans Concerts | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.