Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/03/2011

R.E.M. : qui parle de chute ?

rem.jpgLe groupe de Michael Stipe a sorti un excellent quinzième album. Mike Mills a-t-il le sens du marketing ou se veut-il sincère quand il annonce, franco, “Collapse into Now est notre meilleur album depuis Out of Time” ? Il y a certainement un effet d’annonce car si Out of Time a fait connaître le groupe de manière planétaire avec Loosing my Religion qu’il contenait, de l’avis de beaucoup de fans du groupe d’Athens, Georgie, il ne s’agit pas du meilleur album de R.E.M. qui s’est parfois surpassé par la suite. Et qui avait produit quelques perles plus méconnues auparavant.


Quoi qu’il en soit, le bassiste américain ne fourvoie pas ses auditeurs : le quinzième album de R.E.M., vingt ans après Out of Time (7e album du groupe) est excellent. Oh My Heart , le premier single qui en est extrait, avec sa mandoline, sonne même comme une référence à ce Loosing My Religion d’anthologie. Mais Überlin, avec ce chant saccadé, ces phrases ânonnés par Michael Stipe fera davantage penser à Automatic for The People . Soit deux références qui font que l’auditeur ne se sent pas du tout dépaysé par un groupe qui traverse les décennies avec constance et pertinence. Des références qui n’ont pas pour autant des allures de re-dites car R.E.M. parvient toujours à captiver même si sa patte est évidente.

Jacknife Lee, producteur à succès (U2, Bloc Party, Snow Patrol,..), déjà présent sur Accelerate (2008), n’est pas le seul gage (“on est en confiance avec lui” ) du succès d’un groupe qui a réalisé un de ses fantasmes : investir le studio Hansa de Berlin. “Un lieu qui a vu passer des gens que nous admirons” , admet le chanteur désormais barbu. Heroes de David Bowie, Lust for Life d’Iggy Pop et Achtung Baby de U2, entre autres, ont été enregistrés dans les mêmes murs. “Lou Reed, Nick Cave, Siouxsie&The Banshees sont également passés par là”, se réjouissent les autres membres de R.E.M.. “Nous cherchions la même énergie” , révèle Michael Stipe.

Patti Smith (idole de Michael Stipe, devenue amie intime), Peaches et Eddie Vedder apportent également leur pierre à l’édifice qui avec sa voix, qui avec sa gratte. “Nous avons voulu revenir en studio et jouer live” , indique Peter Buck qui a accordé une interview à Classic 21. “95 % de cet album a été fait avec quatre personnes dans une pièce : moi, Mick, Scott (NdlR : McCaughey, guitariste) et Bill (NdlR : Riefin, batteur) et parfois Michael.”  “À Nashville, nous avons encore posé quelques voix”, se souvient Michael Stipe. “J’ai mis du temps à écrire les paroles.” Peut-être parce qu’elles étaient plus personnelles, moins politiques (il avait soutenu Michael Dukakis et John Kerry) ou engagées (il milite pour les droits des femmes, des animaux,…) que sur Accelerate .

Dans une interview donnée le 6/03 à The Observer , il n’hésite pas à parler de sa sexualité, lui qui a dû démentir des rumeurs l’affirmant contaminé par le virus du Sida. “Je refuse et je déteste qu’on m’applique le terme de bisexuel. Cela ne semble pas approprié. […] Sur une échelle mobile de la sexualité, je me place autour de 80-20 mais je préfère les hommes aux femmes. J’ai eu du plaisir avec des femmes, j’ai eu des relations sexuelles avec des femmes jusqu’à ce que je tombe amoureux de mon compagnon. C’est la seule vraie nouvelle de ces douze dernières années.”

Basile Vellut

R.E.M., Collapse into Now (Warner)

Les commentaires sont fermés.