Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/04/2011

Comme un vent de "Libertines"...

carl_barat_small.jpgCarl Barât était sur la scène de l'Orangerie ce vendredi. A l'opposé du concert qu'il avait donné à la Rotonde en octobre dernier, Carl Barât et sa bande ont livré un concert plus rock, plus british, plus "Libertines". C'est que le public présent ce soir là lui a légèrement forcé la main... Et Carl de faire preuve d'une patience incroyable. Parce que question respect, le public de ce vendredi ne s'y connaissait pas. Au milieu de la salle, on se serait presque cru en Angleterre tant les fans étaient dissipés, hystériques et criards.


Le dandy londonien a, heureusement, l'habitude; la première partie du concert se déroulera donc normalement. Imperturbable, Barât chante la presque totalité de son album solo. Jouant des versions magnifiques de The Fall, She's something ou encore So long, my lover. Son frère Ollie donnant quelques fois dans le solo de guitare. Impressionnant. Avec quelques petits bonus ça et là: Up the bracket, The Man who would be king, Music when the lights go out, Bang Bang you're dead. Ce qui énerve quelques peu les fans les plus acharnés, arborant des T-shirts des Libertines. Il ne leur en fallait pas plus pour dépasser les limites du respect envers l'artiste, allant jusqu'à lui jeter une cigarette à la tête.

Dès qu'un morceau plus calme se pointe à l'horizon, les fans hurlent des titres des Libertines. Et si Carl essaie de communiquer avec eux, ils l'interrompent et couvrent sa voix de cris. Forçant le chanteur à remettre les choses au point: "Ce n'est pas un concert des Libertines!" Peu importe, les indisciplinés continuent: "Hé Carl, tu ne trouves pas que je ressemble à Pete Doherty?" "Si tu le dis", répond encore bien gentiment Barât. "Si, si, tout le monde me le dit. Je peux monter sur scène chanter avec toi?" Devant l'insistance du jeune homme, Carl le remettra calmement à sa place: "Ecoute mec, si tu veux, après le concert, tu feras Pete Doherty, je ferai Carl Barât, ça sera très drôle mais pour le moment, tu me laisses chanter!" Non content de la réponse, le jeune homme monte sur scène...et se fait rapidement recadrer par la sécurité.

Après le rappel, le concert bascule alors complètement dans un set Libertines. Après France, Carl Barât capitule. Le public a gagné et aura son Time For Heroes. Un titre qui prône la déchéance de la jeunesse anglaise, qui incite à la rébellion et clame l'anticonformisme des deux leaders. Des valeurs venues tout droit d'Albion, le mythe qui portait les Libertines. Amer nostalgie pour le chanteur, qui donnera pourtant tout sur scène. Maître en patience et diplomatie. Carl maîtrise malgré tout son audience. Calmée après ce titre ravageur, elle écoutera la suite du concert avec attention, comme si l'incident n'avait jamais eu lieu.

Et l'on s'impatiente déjà de revoir Carl Barât aux Ardentes, le 9 juillet prochain.

 

Maïlys Charlier

 



14:18 Publié dans Concerts | Lien permanent