Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/04/2011

Smod en mode hip-hop tradi-moderne

smod.jpgManu Chao produit le troisième album du trio. Smod est un trio malien dont le leader, Sam, n’est autre que le fils d’Amadou&Mariam. De la rencontre avec Manu Chao découle d’abord un titre, Politic Amagni , que l’on retrouve sur l’album d’Amadou&Mariam, Un dimanche à Bamako. S’ensuit alors un album : Ça chante. Entre chant et rap, musique moderne et chants traditionnels.


Vos parents sont-ils critiques envers Smod ?
“Ils sont encourageants. Mais quand on est le fils d’artistes de renommée internationale, il faut travailler plus, donner le maximum pour être encore meilleur.”

Comment s’est passée la rencontre avec Manu Chao ?
“Il était chez mes parents, à Bamako, pour produire leur album. Nous, on répétait sur la terrasse. On était tout le temps la guitare à la main, ça l’a interpellé et il est venu jammer quelques fois avec nous. À l’époque, il n’était pas du tout connu au Mali. Pour nous, c’était juste un musicien qui travaillait avec mes parents. Après Un dimanche à Bamako, Manu Chao est revenu faire quelques titres avec nous. C’est devenu un album, qu’il a proposé de produire.”

Ce mélange tradi-moderne est arrivé naturellement ?
“Oui, notre inspiration est basée sur plusieurs styles de musique. D’abord, le rap de la fin des années 90, avec 2pac, NTM, IAM. Le côté traditionnel vient des cérémonies officielles. Dans nos familles, à chaque baptême ou mariage, il y a de la musique traditionnelle.”

Vous vous inspirez du griot…
“Tout à fait. Le griot est un messager qui représente les peuples devant un chef de village. Au Mali, toutes les cérémonies sont accompagnées de chants. Donc le griot est obligé de chanter et raconter l’histoire qu’il veut transmettre.”

Vos textes sont politiquement engagés. Dans la lignée de la révolution qui sévit actuellement sur le continent africain ?
“Oui, cet album fait partie de la révolution. Par exemple, Les dirigeants africains dénonce la corruption qui a lieu en Afrique. Nous avons voulu convaincre les gens de ne pas passer par la violence. Ce sont des messages engagés qui visent une révolution pacifique.”

 

 

Interview > Maïlys Charlier

En concert le 1er mai au Festival Un Soir Autour du Monde
www.unsoirautourdumonde.be

Les commentaires sont fermés.