Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/05/2011

Au cœur de Yodelice

YodeliceRod-Le Hiboo4122.JPGMaxim Nucci revient avec un deuxième opus, Cardioïd, plus rock, plus osé, plus brut. Aux Nuits le 19 mai ! Après un premier album, Tree of Life, acoustique et pensé seul, Yodelice nous revient avec Cardioïd, un album plus expérimental, plus rock, créé en « famille ». Si derrière Yodelice, c’est Maxim Nucci. D’autres personnages viennent compléter l’entité du groupe. Et l’une d’entre elles, Simone, n’est autre que Marion Cotillard.


Yodelice revient avec un album plus expérimental…
C’est plus énergique ce qui est dû à deux ans de scène, de live, d’énergie avec les gens. Ça amène forcément quelque chose de plus dynamique. Le premier album était plus introspectif, plus personnel. J’avais besoin d’épurer la production pour revenir à l’essentiel des chansons alors que là il y a des ambitions de production qui sont tout autres.

Pourquoi Cardioïd ?
C’est le mot qui représente le plus cet album. Avec Yodelice, pendant deux ans, j’avais une grosse caisse au talon, j’écrivais plein de chansons avec un rythme hyper binaire, un peu comme une pulsation cardiaque. Dans Cardioïd, il y a ce côté pulsation cardiaque qui collait parfaitement à la famille Yodelice qui joue avec ses tripes.

D’ailleurs l’album a été créé pendant la tournée ?
Exactement ! C’est aussi l’occasion de repartir en tournée très rapidement. Pendant qu’on jouait ses chansons, qu’elles étaient encore fraîches, il fallait qu’on trouve un moment pour les graver dans le temps. En janvier, j’ai emmené mon équipe à Los Angeles pour enregistrer l’album. Le deuxième album est donc un disque plus collectif, contrairement au premier où j’avais juste pris un batteur et joué tous les autres instruments.

Vous avez donc travaillé totalement autrement pour cet album ?
Oui l’album est peut-être plus produit mais il est beaucoup plus dans le lâcher-prise. Accepter le fait qu’on ne contrôle pas les choses, qu’on ne contrôle rien. Essayer de travailler comme sur scène, à l’instinct, me sortir de tout.

Sur scène, on peut voir aussi la mystérieuse Simone…
Dans Yodelice, tout le monde a créé son clown. Moi je suis devenu Yodelice, Marion est devenue Simone. C’est la règle du jeu. (Rires). Marion, c’est un être extrêmement doué, extrêmement inspirant, qui dégage une grosse énergie. Je pense qu’on prend plaisir à raconter des histoires ensemble. Et Simone a vraiment sa place dans Yodelice quoi qu’il arrive. Elle sera toujours la bienvenue et c’est un bonheur de travailler avec quelqu’un d’aussi talentueux

 

Maïlys Charlier

Les commentaires sont fermés.