Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/05/2011

Le Cirque dans un Cocoon

cocoon.jpgAvec The Bony King of Nowhere, Cascadeur et Cocoon, c’était sous le signe de la douceur qu’était programmé le Cirque Royal hier soir. C’était le Gantois, accompagné de son groupe, qui avait le privilège de faire parler sa guitare, sa belle voix et un univers folk jamais monotone. Faisant l’effort de s’exprimer en français, le timide Bram Vanparys a certainement conquis un public qui a peut-être découvert les perles d’Eleonore.


Du reste, Cocoon, dont il assure les premières parties belges, est sous le charme. The Bony King a tenu, également, à rendre un hommage à Bouli Lanners pour lequel il a écrit la musique de son dernier film, Les Géants. De film, il n’en était pas question pour Cascadeur mais bien de mise en scène. Ceux qui ne connaissaient le Français que par le radiophonique Walker ou même ceux qui n’en avaient jamais entendu parler, ont dû être étonnés en voyant arriver un drôle de petit gars, vêtu d’une seyante tenue d’aviateur jaune surmontée d’un casque de pilote de chasse. Un look contrastant bien sûr avec ce que l’énergumène chante.

Le clou de la soirée était également hexagonal avec Cocoon. Soutenu notamment par deux violons Morgane Imbeaud et Mark Daumail l’ont joué en toute décontraction, dialoguant longuement avec le public tout en jouant leurs tubes et quelques reprises (Hey Ya ! d’Outkast ou American Boy de Kanye West et Estelle). Héritant du tour bus de Julian Peretta, ils ont gentiment brocardé l’auteur de Wonder Why, offrant les reliques qu’il leur avait laissées. Au-delà du charme mutin du duo, il faut lui concéder une habilité à mettre un public dans sa poche.

Basile Vellut

Les commentaires sont fermés.