Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/05/2011

Miles Kane, travailleur acharné

miles.jpgLa nouvelle tendance british sera ce soir aux Nuits Botanique. Une vraie gueule d'Anglais, une coupe de cheveux à la Beatles, un accent de Liverpool prononcé, une gentillesse venue tout droit d'Outre-Manche, Miles Kane nous a accueilli à quelques heures de son concert à la Rotonde, dans le cadre des Nuits Botanique. Si le jeune homme n'a que 25 ans, il a déjà un CV impressionnant ! Membre de The Rascals, le dandy anglais est la seconde moitié de The Last Shadow Puppets, avec son ami proche Alex Turner (Arctic Monkeys), qui co-signe d'ailleurs la moitié des titres de Colour of the trap. Turner n'est pas la seule grosse pointure du disque puisque Noel Gallagher vient y pousser la chansonnette sur My Fantasy. Autre surprise du disque : un duo avec Clémence Poesy sur Happenstance.


Vous en aviez marre d'être guitariste dans des groupes ?
Quand mon groupe (The Rascals, NdlR) s'est séparé, je ne savais pas quoi faire. Je ne savais pas si j'allais commencer un nouveau groupe ou bien continuer en solo. Puis je trouve que j'ai un nom qui sonne comme un nom de groupe. Je savais que je pouvais le faire, que j'étais capable de faire un album rock qui sonnerait comme un groupe de rock.

Gainsbourg, Birkin, Dutronc, vous avez quelques influences françaises...
Jacques Dutronc c'est mon héros! Je suis extrêmement fan. J'aime son style, sa musique. J'y suis venu via Gainsbourg que j'écoutais beaucoup. Puis un ami m'a montré un clip de Dutronc...

Vous aimeriez faire une reprise de Dutronc?
Oui, je suis occupé à faire la traduction de la chanson Les Cactus. Rien n'est encore fait mais on y travaille.

Vous en êtes où avec The Last Shadow Puppets?
Nous ferons un nouvel album des Puppets quand le temps sera venu. Quand on prendra le temps, quand on aura quelques idées et qu'on se concentrera sur de nouveaux morceaux. On ne veut pas se lancer trop vite dans un deuxième album.

Faire un duo avec Noel Gallagher et partir en tournée avec Liam, c'est faisable ?
Noel n'a fait que des chœurs. Pour moi, c'est une situation qui me semble normale. Il n'y a pas vraiment de problèmes.

A 25 ans, vous avez déjà le statut de star en Angleterre, ça ne vous effraie pas ?
Je me considère encore comme un débutant ; je suis loin d'être une star. Tant que j'ai le droit de faire du rock, je suis content. J'ai envie d'avoir de plus en plus de fans, de faire des concerts dans des salles de plus en plus grandes. Que ça continue doucement à monter.

La presse vous encense et vous êtes placé à la tête d'une nouvelle mouvance...
Oui, beaucoup de gens disent ça de moi. Je vis ça plutôt bien ! (Rires). Le monde a besoin d'un peu de réalisme, de bon vieux rock and roll et un peu de pop. J'ai essayé que tous les morceaux sur l'album possède quelque chose d'entraînant. Je pense que les gens ont besoin d'entendre ça.

L'album est à peine sorti et vous avez déjà trois singles qui tournent...
J'avais énormément d'idées pour cet album ; beaucoup de choses étaient inconscientes aussi. Inconsciemment, je voulais que tout sonne d'une certaine manière. J'ai travaillé de manière très perfectionniste pour que chaque morceau sonne aussi parfaitement que possible. Je voulais que chaque refrain claque. Et si tu veux vraiment quelque chose, tu peux y arriver.

Des refrains parfaits pour la scène...
En concert, ça fonctionne encore mieux. J'aime énormément la scène. C'est la meilleure chose au monde. Quand je suis en off et que je n'ai pas de concert, je deviens fou. Quand cinq heures arrive, je commence à être très nerveux, c'est intenable.

Vous avez prévu des surprises ce soir ?
Il y a toujours de bonnes surprises mais ce soir, ça va être un bon set. On joue une grosse heure. On va jouer l'album, des b-sides, des reprises des Beatles. On terminera en sueur et ce sera rock 'n roll !

Maïlys Charlier

 

 

Les commentaires sont fermés.