Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/05/2011

Arielle Dombasle: Chanteuse, danseuse, actrice

arielle.jpgÀ 53 ans, l’épouse de Bernard-Henri Lévy affiche une forme olympique. Grande nageuse, elle attache également un soin tout particulier à son alimentation.


Comment se traduisent vos influences latines ?
“En tout ! Je suis pétrie de cela. J’ai vécu 18 ans au Mexique avant d’arriver en France. Cela a été ma première langue. J’adore ce pays mais aussi les Mexicains, c’est un peuple très complexe et très étonnant. Et j’ai toujours adoré leur musique. Dans les fiestas, il y a une jubilation du corps sur la musique et j’ai toujours aimé ça. Plus que tout, j’aime quand il y a de la musique et que les gens ne peuvent s’empêcher de se lever et d’aller danser.”

Comment expliquez-vous que le public français soit attiré par la musique latine dont il ne comprend pas toujours les paroles…
“Je ne sais pas ! Mais ça plaît ! Dans ce disque, il y a quelques chansons sentimentales mais il y a aussi du groove. Ce qui permet de toucher les gens même si on n’en comprend pas les paroles. On se laisse emporter par la mélodie. Quand vous chantez du lyrique, vous ne savez pas toujours ce que vous chantez. Mais vous êtes emporté par cette force.”

Actrice, chanteuse, danseuse, dans quel costume vous sentez-vous le mieux ?
“Pour moi c’est la même chose ! Cela forme un tout. C’est la correspondance des arts. Le fait d’avoir fait du cinéma m’aide à avoir de l’aisance dans les tournages des clips. La danse m’aide dans tout. J’ai fait 18 ans de danse classique”.

Comment faites-vous pour garder cette forme olympique ?
“Je dois surtout cela à de bons photographes, à de merveilleux stylistes ! Tout le monde peut être moche si on est mal mis en scène.”

Vous n’avez pas un petit secret de forme ?
“Je suis très vigilante sur le fait que je ne mange pas de cadavre. Je ne mange jamais un animal mort, ni de sang. Je suis cela depuis des années et j’ai l’impression que cela me permet d’éviter de prendre de nombreux médicaments. Toutes les pilules de croissance que l’on donne à ces animaux, on les mange par la force des choses. Et l’on devient aussi ce que l’on mange. Je ne mange pas de poisson également. Je suis une très grande nageuse et j’en ai vu tellement sous la mer, ce sont des créatures que je n’ai pas envie de manger ! Je mange beaucoup d’amandes. Ensuite, je pense qu’il faut toujours essayer de plaire aux personnes qui vous entourent. Rien n’est jamais donné. Tout est à recommencer chaque jour.”

C’est un travail de longue haleine !
“Oui ! Bien sûr, on peut fermer les rideaux, aller manger des chips en regardant des bêtises à la télé. C’est génial aussi de vivre aussi sous l’influence de toutes ces drogues. La télé en est une, j’adore ça ! Je dois me discipliner. Au lieu de regarder une émission débile, je vais nager ou marcher. J’essaie de rester vivante. Il faut se sentir belle et pour cela, il faut irradier, être généreuse. Rien n’est jamais acquis.”

S.L.

Les commentaires sont fermés.