Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/06/2011

Black Lips: “On va choper quelques Grammys”

blacklips.jpgMark Ronson bossait sur une chanson de Michael Jackson quand les Black Lips ont débarqué… Cole Alexander et Jared Swiley ne sont pas du style à se prendre la tête. Illustrations en quelques questions-réponses…


Vous avez l’impression qu’on est moins libre aujourd’hui qu’il y a quarante ans ?
“Oui, c’est clair. D’une certaine manière. À l’époque, on était plus libres parce qu’on était moins bombardés d’informations à propos de tout, tout le temps. Les choses prenaient plus de temps pour s’accomplir, ce qui rendait plus libre.”

Vous voulez faire passer des messages à travers vos paroles, vos textes ?
“Non, nos textes sont d’ailleurs parfois assez confus. Nous laissons à chacun la liberté d’y trouver le sens qui lui convient.”

Que pensez-vous des critiques qui disent que vous faites de la musique qui existe depuis quarante ans, qu’elle n’a rien de neuf ?
“On n’est pas des puristes, on ne porte pas des uniformes, des fringues vintage. On sait qu’on ne fait rien de neuf, mais on fait du rock, on prend du bon temps. Le mot clé est Have fun.”

Jusqu’à quel point ? Vous vous imaginez dans dix ans ?
“Oui, on va toujours s’éclater. Dans dix ans, on va essayer de s’éclater jusqu’au bout, peu importe où se situe ce bout. Il y a beaucoup de musique prétentieuse, nous on essaie de ne pas l’être, d’être indulgents avec nous-mêmes. Certaines personnes trouvent du sens dans ce qu’on fait et, avec un peu de chance, ça peut même les aider.”

Expliquez le titre Arabia Mountain, du nouvel album…
“Ce n’est pas le titre d’un morceau, du coup on s’est dit que ça laissait à chacun la liberté d’y trouver un sens. Son sens. C’est une montagne, en Géorgie. Je ne sais pas pourquoi elle s’appelle Arabian Mountain. C’est là qu’on a fait les photos de la pochette et, surtout, on n’avait pas de meilleur titre. On espère tourner au Moyen-Orient à l’automne. Ce n’est pas aussi facile d’y organiser quelque chose là-bas qu’en Europe ou aux États-Unis. Mais ça devrait se faire en septembre. Ils doivent avoir des Arabian Mountains là-bas.”

Vous avez travaillé avec Mark Ronson qui coproduit l’album…
“Parce qu’on n’aime pas être dans une position où on n’est pas 100 % confortables. Quand vous avez des décisions qui viennent de l’extérieur. Nous avons décidé de travailler avec Mark Ronson, notamment parce que c’est le mec qui est derrière Back to black d’Amy Winehouse. Il a fait un très bon boulot avec nous.”

Vous avez enregistré en une semaine ?
“Avec lui, ça a pris deux semaines. On fait ça dans les conditions du live. Et ce mec a reçu trois Grammys, ce qui est plutôt bon signe !”

Vous êtes attentifs à ça ?
“Oui, on va sans doute en recevoir quelques-uns ! Je ne sais pas quand ça aura lieu, mais on devrait en choper un ou deux. Les Grammys, c’est un peu comme les Tony Awards. Tous disent qu’ils s’en foutent jusqu’à ce qu’ils en reçoivent un.”

Et Mark Ronson, il est très loin de votre univers…
“Oui, il travaillait d’ailleurs sur une chanson de Michael Jackson quand on a bossé avec lui, au début. C’est un mec vraiment talentueux. Et puis, ce n’est pas parce que vous avez bossé avec tel ou tel artiste que vous allez faire toujours la même chose… Les vrais artistes ont ce talent-là. Et lui, c’est un grand artiste.”

B. Vt

Les commentaires sont fermés.