Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/06/2011

The Hives entre les gouttes

the hives.jpgL'après-midi se poursuit à Werchter et la pluie précède l'arrivée des rockeurs suédois The Hives.

Dans la foulée d'OFWGKTA, c'est Seasick Steve qui s'assied au centre de la grande scène pour dérouler son délectable blues électrique. Bien loin des trains où, dès l'âge de treize ans, il promenait ses envies itinérantes, le hobo d'Oakland connait depuis 2004 une jolie reconnaissance sur le tard, et personne ne s'étonne de le voir parmi les mastodontes conviés une fois de plus à Rock Werchter cette année (l'an dernier, il était au Pukkelpop, ndlR.). D'ailleurs, dans le genre, l'invité de dernière minute de Seasick Steve en impose. John Paul Jones, artificier de feu Led Zeppelin et désormais l'un des vautours des Them Crooked aux côtés de Josh Homme et Dave Grohl, accompagnera le bluesman barbu sur les planches. Pour le meilleur... (crédits:Jean-Christophe Guillaume)


Alors que TV On The Radio sévit sous la Pyramid, les Hives débarquent sur la Main en smoking noir, chapeautés avec classe. Et avec eux la pluie, qui menaçait de ses nuages depuis une heure déjà. "Les gars, vous aviez l'air tellement chauds que j'ai demandé à Dieu de vous refroidir un petit peu" balance Pelle Almqvist - sorte de Mick Jagger nordique blond sous perfusion de caféine - au terme d'un cinglant "Die, All Right". Le leader des punk-rockeurs suédois est arrogant à souhait et c'est comme ça qu'on l'aime. "Je pourrais vous affronter tout seul sans problème, je n'ai même pas besoin de musicien pour mettre le feu à cette audience (...) Nous allons rester sur cette scène jusqu'à ce que la police vienne nous déloger..."

Entre deux tirades où il se la raconte, le chanteur s'offre une petite escapade dans la foule, secoue un rien l'ami cameraman et fait suer le pauvre technicien chargé de dérouler le fil au gré des va-et-viens de l'artiste. Derrière, ça cogne, le band est en forme et à fière allure dans ses habits de soirée. Les classiques sont assénés avec vigueur, "Walk Idiot Walk", "Hail Hail" (solide enchaînement)... jusqu'à l'ultime Tick Tick... Et The Hives de quitter finalement la scène de crime en laissant derrière eux une trainée de poudre... BOOM.

Nicolas Capart

18:49 Publié dans Werchter | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.