Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/07/2011

Werchter a sa Miss Camping

keshaa.jpgPremière montée de mercure sur la plaine: vulgaire à souhait sous les lumières de la Marquee, Ke$ha écope d'un titre honorifique à défaut de lauriers.

Ça démarre en douceur ce vendredi à Werchter, au rythme des petites ondées et de quelques percées ensoleillées. Pour cette deuxième journée de festival, nos gentils organisateurs déroulent un line-up pour le moins allégé comparé à la déferlante de la veille. Pour être honnête, peu de notes épicées à se mettre sous la dent avant le début de la soirée et l'enchaînement The National/Arctic Monkeys sur la Main Stage. Du coup, on déambule d'un podium à l'autre au gré des découvertes. Beaucoup d'artistes belges – ou plutôt flamands – au départ de cette étape, de Triggerfinger au Subs en passant par Goose, Ozark Henry ou encore Arsenal. Pourtant c'est une Américaine qui va le plus nous divertir cet après-midi. Ke$ha, délicieuse princesse de vulgarité qui fait des ravages sur le marché d'Outre-Atlantique et dont la bobine apparaît à l'envi sur la sacrosainte MTV, est aux commandes de la Marquee dès 16h30. (crédits: Jean-Christophe Guillaume)


Bottée, grimée, encasquée, la starlette arbore un T-shirt aux couleurs de la bannière étoilée, une élégante culotte en cuir pailletée et des bas résilles du meilleur effet (dont l'état de vétusté laisse présager la présence de mites au domicile de la "chanteuse"). Une vraie meneuse de revue néo-pop qui s'inscrit dans la lignée des Britney, Gaga et autre Christina, avec la dose de surenchère que ce genre de succession impose.

Musicalement, rien ne bouge à l'horizon, vouloir décrire la chose, finalement, à quoi bon? Par contre, le public en prend plein les mirettes. Ici, le mot d'ordre est "too much" et le fil rouge situé en-dessous de la ceinture. Pose lascive, clin d'œil graveleux, la belle – pas vraiment jolie – aguiche à tous les étages et mouille le maillot. À ses côtés, ses "musiciens" ne sont pas en reste au rayon look. La bande semble échappée d'un remake érotique de Mad Max, toutes crêtes au vent. Un tableau mémorable... Nous passerons sur le playback de Ke$ha, trop occupée à faire de l'air guitar pour pouvoir réellement chanter. Nous passerons également sur les mouvements suggestifs des "danseurs" au turquoise-à-lèvres, certes facilités par deux magnifiques caleçons moulants sans doute conçu à cet effet. Et conclurons en décernant le titre de Miss Camping à la demoiselle qui aura eu le mérite de mettre une assez belle ambiance avec... du vent.

Nicolas Capart

 

 

 

 

 

17:49 Publié dans Werchter | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.