Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/07/2011

King Cave et sa cour

grinderman.jpgLa soirée s'ouvre à nous avec l'arrivée de Nick Cave et Werchter retient son souffle.

C'est sûr, les terres brabançonnes vont trembler sous les assauts du Grinderman, dont la dernière prestation sous nos latitudes à l'AB en octobre dernier avait sans doute été le meilleur live servi à nos oreilles en 2010. Un voile rouge, une batterie rose et cette question qui fuse après un déflagration électrique: "What am I doing Here?" (les premiers mots de "Mickey Mouse And The Goodbye Man"). Verres fumés pour Martyn P. Casey à la basse et Jim Sclavunos à la batterie, tignasses au vent pour le sorcier barbu Warren Ellis et pour Nick Cave. Avec ou sans Bad Seeds, de toute façon le leader de Grinderman crève l'écran. Chemise blanche, costard noir, tout comme sa guitare... Aussi intimidant que le Vincent Vega de Tarantino, y'a qu'à voir les jeunes filles brandir des panneaux où elles ont écrit poliment «Mr.» Nick Cave, We Love You. Le charisme animâl(e) à l'état brut, le tranchant des incisives d'une vraie morsure rock.(crédits: JC Guillaume)


 

À peine huit mois que nous les avions vus à Bruxelles pour la tournée qui suivit l'implacable "Grinderman II", et déjà le manque se faisait sentir. Ellis est lui aussi en plein possession de ses moyens et s'ébroue sur "Get It On", tandis que son pote Cave tombe la veste pour mieux haranguer la foule. "Hey Son, Give Me your Money!" Les premiers rangs sont toujours compressés et, en majorité, garnis de fans d'Iron Maiden en place depuis ce matin pour leurs chouchoux métalleux qui enchaîneront dans la foulée. Le décor passe du rouge à l'aluminium et avant d'asséner un magistral et bluesy "Kitchenette", le prêcheur électrique invite une dame sur la scène pour une dédicace à sa demande expresse... "But I don't have a fuckin' pen" lance-t-il, puis la prend par la main et l'emmène sans ménagement au centre de la scène pour lui compter fleurette: "I wanna stick my fingers in your biscuit jar" en anglais dans le texte.

Dernière claque et non des moindres grâce à leur titre "Grinderman", et l'interprétation grandiloquente de l'Américain. Déjà la classe d'un monarque. Après, la Reine Gibbons, Rock Werchter a trouvé son Roi. Nick Cave règne en despote éclairé sur la plaine.

Nicolas Capart

 

23:21 Publié dans Werchter | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.