Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/07/2011

Une bande de mecs sympas...

2.jpgRock Werchter se réveille à doucement pour cette quatrième et ultime journée de festival. Et les Anglais The Vaccines – que nous quittons sur un cinglant "Good Guys" – ont séduit la Marquee en ce début d'après-midi.

Nous les avions découvert découvert en mars de cette année avec un premier disque où l'on trouvait à boire et à manger, mais qui ne nous avait pas transcendés. Séance de rattrapage donc ce dimanche, pour découvrir ce qu'ont sous la pédale ces Londoniens en concert. Alors que d'aucuns s'offrent un bain de soleil au prix d'avoir à écouter les infâmes All Time Low aux prises avec la Main Stage, nous filons à l'ombre et tendons le bras pour une injection de britpop en intaveineuse. The Vaccines, c'est l'antidote à la morosité. Voilà d'ailleurs que débarquent ces quatres garçons dans le vent sur le toujours excellent Jamiroquai et sa "Cosmic Girl". Un surnom parfait pour les supportrices postées aux avant-postes comme pour cette fillette androgyne qui orne la pochette de leur opus introducteur et l'arrière plan de la Pyramid. (crédits: JC Guillaume)


Longs, frisés, devant les yeux ou plutôt négligé-travaillé, brun, blond ou noir de cheveux, les beaux gosses se sont pas avares en sourires et les filles apprécient. Leur excellent "Post-break-up Sex" donnerait presque envie de rompre pour y goûter, puis l'hymne "Wreckin' Bar" emplit la place d'une ambiance de stade comme seuls les groupes nés au pays du soccer savent en faire. The Vaccines ont beau être rock, ils parlent aussi plus souvent qu'à leur tour d'amour, dessinant une pop à l'eau de rose, juvénile et rafraîchissante. Comme l'un de ces puzzles de photo noir et blanc, où une touche de rouge s'est glissée discrètement. Le ton monte d'un cran à partir de "If You Wanna", et l'homme aux baguettes sautille derrière sa batterie galopante. "Good Guys" et "Norgaard" mettront la dernière couche, pied au plancher. Nous voilà vaccinés. Prêts pour Tame Impala.

Nicolas Capart

 

15:42 Publié dans Werchter | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.