Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/07/2011

Stromae incendie à nouveau l'HF6

pict_273591.jpgPropulsé en tête d'affiche du festival liégeois, le ketje bruxellois n'a pas failli à sa réputation. On a bien aimé la concert de Stromae, c'est grave docteur?

Qu'il est loin le temps où l'on découvrait un rappeur nommé Stromae sur la scène de la Maison des Musiques... À l'époque candidat du concours "Musique à la française", le jeune artiste ne nous avait pas fait forte impression, certes déjà détenteur d'un charisme évident mais singeant sans génie d'aucuns rappeurs américains qui sans doute ont squatté sa platine toute son adolescence. Recalé au stade des demi-finales, Paul Van Haver – de son petit nom – a ensuite pris son temps pour mieux rebondir. Dans sa chambre, sur son PC, il nous a bidouillé un tube comme il n'en sort que très peu sur la planète musique. "Alors, on danse?", hymne dancefloor implacable qui fait mouche en VF en dépit des frontières. Une première note de synthé, une deuxième, un sample de trompette et voilà que le Bruxellois de 26 ans se retrouve en tête de tous les hits parades d'Europe et trinque en soirée avec les Black Eyed Peas.


"Cheese", l'album qui suit le buzz ne nous transcende pas réellement, mais renferme néanmoins quelques cartons potentiels. Du coup, on se dirige dare-dare vers la scène secondaire pour la prestation de la nouvelle star qui, cette année, se sera partagé tous les lauriers avec Selah Sue. Et d'entrée, nous sommes impressionnés. Pas vraiment par le début du show qui pédale un tantinet, mais plutôt par la monstrueuse affluence qui garnit le nouveau chapiteau des Ardentes. Une petite reprise du "We Come One" de Faithless pour chauffer les innombrables gambettes environnantes et voilà que notre hôte nous sert son speech d'intro de "House'llelujah". Sa religion, celle qui ne discrimine pas ceux qui sortent du placard et qui, surtout, voue au beat un culte absolu.

Difficile d'estimer la folie qui règne dans cet HF6 qui, après avoir été la proie des flammes en octobre dernier, s'enflamme à nouveau, totalement à la merci de Stromae. Un petit clin d'oeil à Technotronic, un lifting électro du "Putain de Putain" de Arno (qui sera samedi aux Ardentes et dont les textes ainsi éclairés ont tendance à montrer leurs faiblesses, ndlR.), et un autre tube – "Je cours" – exécuté en quelques foulées sous les hourras d'un public liégeois conquis d'avance mais visiblement séduit. Pour nous, c'était moins évident mais force est de constater que le bonhomme a du répondant. "Et en face, y'a Liège..." Stromae a la tchache, flatte la foule à l'envi en grand professionnel et entretient son capital sympathie évident. Puis le voilà qui décline sa leçon, celle qui l'a fait connaître sur la toile, celle où il dévoile en cinq touches les secrets de fabrication de son tube... "Alors On danse?", une invitation qui résonne désormais dans des lieux emplis de déhanchés unanimes.

Au final, il n'est toujours pas acquis qu'on réécoute sa plaque à la maison. Mais, force est de constater que le jeune homme au nœud pap' assure le coup en live et que c'est bien Stromae qui s'impose en vainqueur de cette première journée de festival. Finalement y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis...

Nicolas Capart

01:00 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.