Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/07/2011

In Bed with The Subs...

090720112419.jpgVendredi soir, Les Ardentes brûlaient pour The Subs, qui célébraient en famille un disque d'or pour leur single "Pope of Dope".

Il est presque minuit vendredi quand les gars du Clan regagnent l'envers du décor. Meth, Genius, Ghostface, Raekwon, U-God, Inspectah Deck et Masta Killah, tous les membres officiels du collectif sont descendus dur Liège, à l'exception de RZA, désormais occupé par des projets d'acteurs. Sans avoir trop ruiné l'horaire de la fin de soirée, c'est heureux... Trois bons quarts d'heure de retard, quand même, pour l'armada légendaire du Wu-Tang. C'est toujours comme ça avec les emcees regretteront les moins indulgents, c'est à ce prix qu'on croise les géants du rap US rappelleront les plus exigeants. Pour le reste, rien de neuf sous le soleil: ça fume, ça crie, ça saute, ça scratche, ça coupe toujours les morceaux après deux couplets et ça laisse à monsieur Method Man le soin de cueillir ce public liégeois quelque peu échaudé. Un hommage à feu leur pote ODB et une rafale de hits plus tard, le tour de manège est déjà fini.


Une voiture vient alors nous chercher en coulisses, une surprise nous dit-on... D'ici quelques minutes, les Gantois The Subs, bien connus ici en bord de Meuse, recevront un disque d'or honorifique qui concrétise le succès de leur alliance avec les PartyHarders de la Cité Ardente: "The Pope of Dope", hymne électronique de la Wallifornie qu'on entendait partout l'été dernier, et que nos voisins du nord de la frontière linguistique ont siroté jusqu'à plus soif partout en festival. La preuve par le dancefloor que le jeune public des Ardentes n'a que faire des querelles institutionnelles qui occupent plus que jamais les colonnes des journaux ce week-end. D'ailleurs, ici, on trinque dans toutes les langues. Pour la peine, toute la presse a donc été convié, et c'est le Docteur Lektroluv himself qui offre leur récompense aux Subs, dont le leader célèbre la chose par quelques cabrioles. Mon Colonel, sans sa mitre sur la tête, finit par rejoindre les troupes. Le jeune prodige local Highbloo, lui, n'est pas là, il mixe alors sous le chapiteau. Et ça sirote des bulles... Au bar, Method Man, tranquille dans son peignoir, taille une bavette avec Fred Durst, avant que le chanteur ne rejoigne la scène Open Air et ses Limp Bizkit pour leur show. Pour la petite histoire, les Américains feront trembler la terre en bord de Meuse, délivrant un concert, certes quasiment similaire à celui décoché l'an dernier au Pukkel, mais bien plus explosif dans l'écrin du Parc Astrid noir de monde.

Progressivement donc, on bifurque nous aussi vers l'HF6 car, après ces mondanités, il est temps pour les Subs de jouer. L'effervescence s'est prolongée backstage et les coulisses sont exceptionnellement bondée. L'homme au masque vert regarde, dissimulé derrière le rideau, ses cadets qui s'ébrouent. Moins d'une semaine après l'avoir (re)découvert sous la pyramide de Rock Werchter, le set des Gantois ne présente pas vraiment de nouveautés mais s'avère une fois encore des plus efficaces. C'est la liesse dans les rangs et nos Subs ardents ne lésinent pas sur l'huile de coude. Ne manquait à ce tableau sauvage qu'un Colonel pour achever les troupes. "The Pope of Dope" résonne dans ce théâtre, désormais entièrement voué aux plaisirs de la danse et sous le coupe (de champ') des Subs. Ceux-là sont bien partis pour être les rois de l'été. Mais d'abord, il fallut régler son compte à cette belle soirée. Le soleil se lève et les Ardentes s'éteignent pour une paire d'heure tout au plus. ET l'on s'endort un peu, avant la prochaine étincelle.

Nicolas Capart

 

20:55 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.