Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/07/2011

Suarez poursuit son ascension

suarez.jpgLe groupe montois, de passage à Dour hier, sortira son album en France en novembre. La météo est bien capricieuse en ce mois de juillet. Résultat : les festivaliers, à Dour, ne savent plus à quel Saint se vouer. S’il avait asséché le site durant une très chaude journée vendredi, le soleil était de nouveau aux abonnés absents hier, laissant place à une pluie de plus en plus persistante au fil des heures.


Les Montois de Suarez n’en ont eu cure. Comme beaucoup d’autres groupes (six des sept scènes sont couvertes), Marc Pinilla et ses potes malgaches ont profité du toit de la Dance-Hall pour satisfaire l’appétit dévorant de leurs groupies.

En parlant d’appétit, celui des indécideurs n’est pas mal non plus. Ardentes, Dour, Francos : Suarez est partout. “Fatigué ? Y a pire comme métier !”, sourit le chanteur-guitariste Marc Pinilla, qui jouit des origines italiennes (Abruzzes) et espagnoles (Asturies) de ses parents. “On joue dans tous les festivals, on est disque dor. Si tu ne te prends pas la tête et que tu n’y réfléchis pas trop, c’est tout simplement merveilleux. On a travaillé dur pour ça. C’est la finalité d’un labeur en amont.”

Pourtant originaires de la région, les quatre compères s’illustraient à Dour pour la première fois. Programmés à 15h45, ils y ont rassemblé un public conséquent en dépit d’une programmation qui ne leur ressemble pas des masses. “Dour, c’est particulier car contrairement à Spa par exemple, on n’y retrouve pas forcément notre public. Ici, le public est rock ou étranger, ce qui ne fait pas forcément nos affaires. Mais on doit pouvoir s’adapter et je pense qu’on l’a fait. En tout cas, on a pris beaucoup de plaisir.”

En tant que spectateur, Marc Pinilla, diplômé en sciences économiques, ce qui lui permet de participer à la gestion du succès de son groupe, est souvent venu à Dour. Comme ça, en passant… "Je suis venu une paire de fois”, dit-il. “Jamais les quatre jours car j ne suis pas un grand consommateur de groupes dans un festival. Les concerts, je les préfère en salle. Ce que ça nous fait de côtoyer des grands noms ? En toute franchise, je ne sais pas qui est là…”

Sur un nuage, le groupe, qui s’est également produit à Couleur Café, compte bien monter dans le train des Belges en vogue pour y rejoindre Stromae, Puggy et Selah Sue. “L’Ancienne Belgique, en novembre, sera un aboutissement en soi. Avant cela, il y aura la sortie de notre album en France, en octobre. S’y imposer est notre prochain défi.”

Kevin Centorame

 

12:56 Publié dans Dour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.