Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/07/2011

Boy George: “David Bowie m’a inspiré”

boy.jpgBoy George n’a rien perdu de son extravagance. L’ancien leader de Culture Club était de passage par la Cité Ardente. L’occasion de brosser les grandes périodes de sa carrière, mais également de découvrir un artiste passionné par son métier… l’extravagance en plus. Une extravagance qui est arrivée sur le devant de la scène en 1981 avec Culture Club. Un groupe qu’il n’oubliera jamais. “Je ne suis pas nostalgique, même si mon passé est important. Je suis conscient que je ne serais jamais là où je suis si je n’avais pas connu le succès avec Culture Club. Maintenant, je pense qu’il faut toujours puiser dans ses expériences pour progresser. Les années 80 ont marqué beaucoup de monde. Même les générations actuelles me reconnaissent alors qu’elles n’étaient pas encore nées au moment de notre succès. ”


Boy George est un artiste dévoué à sa passion, la musique. “Aujourd’hui, ma vie est toujours aussi intéressante car je me donne à fond partout où je passe. Je puise mon inspiration dans la vie de tous les jours, mais aussi du passé. Pour progresser, il faut sans cesse se remettre en question et ne jamais se reposer sur ses acquis. Même si je donne l’apparence d’un mec cool, je m’inflige une certaine rigueur pour ne jamais décevoir. De toute manière, les fans ne me le pardonneraient pas. Ma devise est carpe diem. Il faut profiter de l’instant présent pour ne jamais passer à côté de bons moments. J’ai la chance de vivre de ma passion. Alors j’en profite à fond tout en essayant d’apporter du bonheur autour de moi.”

 

Même si Boy George est un artiste unique, il ne cache pas que ses débuts ont été marqués par une personne en particulier. “David Bowie a été la personne qui m’a ouvert les yeux sur ce que je voulais devenir. J’avais 12 ans et je venais de voir Stardust. Je me suis dit que c’était la vie que je voulais mener une fois adulte. Cela n’a pas été évident tous les jours, mais j’y suis arrivé même si la route fut truffée d’obstacles. ”

 

Et d’obstacles, il en a connu à cause de son look. “J’ai toujours été extravagant. Une attitude qui n’est pas évidente lorsque vous êtes à l’école. Les enfants ont tendance à vous mettre de côté, surtout quand vous êtes Anglais et que vous n’aimez pas le foot (rires) ! Mais Bowie m’a vraiment libéré. Je me suis dit que je pouvais progresser comme je le voulais, sans tenir compte des autres. J’ai donc forgé mon univers musical en assistant à des tonnes de concerts et en rencontrant les artistes. J’aime donc délivrer le message d’être vraiment soi-même pour se sentir bien.”

 

Et si Boy Georges n’avait pas été chanteur… “je me serais bien vu dans une carrière de relations publiques ou de publicitaire. J’aime aller à la rencontre des gens pour partager des points de vue. Mais en étant indépendant. Je ne suis pas vraiment ami avec l’autorité, ce qui m’a valu bien des soucis à l’école. Quand j’ai quitté l’enseignement, j’ai été engagé dans une usine pour laquelle j’ai travaillé… trois semaines. Une expérience horrible qui m’a fait comprendre que je ne devais compter que sur moi-même pour aller de l’avant. Mais ce n’est pas évident tous les jours. C’est pour cette raison qu’il faut être rigoureux, autant avec soi-même qu’avec son entourage. Maintenant, je suis conscient que les artistes actuels n’ont plus la même liberté d’expression que celle présente dans les années 80. Je me considère donc comme une personne chanceuse et libre. Quand je vois le nombre de mes amis qui galèrent pour trouver leur voie ou pour faire plaisir à leurs producteurs. Cela ne doit pas être évident. ”

 

Boy George est vraiment un artiste à part entière. Que l’on aime ou pas, il traverse les décennies avec la même envie de faire partager son goût pour la musique et son extravagance.

 

Sébastien Yernaux

Les commentaires sont fermés.