Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/07/2011

Francos : Aaron conscient de sa chance

aaron.jpgLes membres d’Aaron profitent chaque minute de leur succès. Présents hier soir sur la scène Pierre Rapsat, Olivier et Simon, membres du groupe Aaron, ont donné une petite conférence de presse avant leur concert. En pleine forme, si les deux comparses ont répondu avec sérieux aux questions des journalistes notamment sur leur deuxième album Birds in the storm , sorti l’an dernier, ils n’ont cessé de se faire des petites blagues entre eux !


Avez-vous été angoissé après le succès du premier album ?
Simon : “Non mais par contre, nous prenons de plus en plus conscience que ce monde musical et créatif est de plus en plus dur pour beaucoup de gens. Je dis ça sincèrement. Nous ne sommes pas beaucoup à pouvoir vivre tout cela et dans de telles conditions. Nous avons conscience de tout cela et que cette aventure continue, c’est encore plus beau. Lorsqu’on a fait ce deuxième album, j’ai dit à Olivier qu’il fallait vraiment qu’on le fasse comme nous l’entendions car il n’allait pas forcément être reçu comme le premier. Nous n’avions pas imaginé deux secondes ce qui se passe aujourd’hui.”

Aviez-vous peur d’être attendus au tournant ?
Simon : “Nous ne l’avons pas pris comme ça, sinon vous ne faites plus rien ou vous prenez la mauvaise direction. C’est aussi pour cela que nous l’avons fait de la même façon que le premier”.
Olivier : “C’était juste nous deux, la musique et les textes. Nous faisions simplement des morceaux sans forcément penser au fait que nous faisions un second album.”

 

 

Comme votre premier album que vous aviez un peu fait par hasard !
Simon : “Exactement ! Sauf que cette fois ce n’était pas vraiment par hasard. Mais dans les mêmes conditions. Cette idée d’artisanat, de créer des chansons avec mon pote, je ne me rends pas du tout compte de tout ce qu’il y a derrière et c’est ça qui est agréable. Après, vous dites qu’on nous attend au tournant. Mais depuis le début, on nous attend ! J’ai l’impression que dès qu’on fait un truc, on est attendu. Il y a des gens qui ont envie que les autres se plantent. mais depuis le début, nous nous sommes toujours dit que nous n’allions pas défendre un album sur scène, qu’on n’allait pas attaquer, mais que nous allions seulement partager notre musique.”

Comment abordez-vous les festivals ?
Olivier : “Nous avons moins de temps donc on ne peut pas se permettre de faire la même chose qu’en concert. En plus, c’est souvent en plein air donc c’est parfois moins intime. Nous sommes plus dans l’énergie.”
Simon : “Les gens qui viennent nous écouter en festival sont déjà dans un rapport particulier à la musique. Ils n’ont pas peur de planter leur tente ou marcher dans la boue pour écouter de la musique. Ce sont des découvreurs aussi qui vont voir des groupes qu’ils ne connaissent pas forcément.”

 

 

Avez-vous des rituels avant de monter sur scène ?
Simon : “On se fait des bisous ! (Rires). Oui, nous faisons plein de trucs ensemble. Rien de sexuel, bien sûr ! Mais nous avons besoin de nous relier, c’est très important. Nous sommes très superstitieux avec ces bêtises-là”.
Olivier : “Surtout toi !”
Simon : “Oui, surtout moi ! Tout a une grande importante. Cela en devient presque des tocs ! Ce sont des rituels dans le vrai sens du terme. Cela aide aussi à se concentrer. Car ce n’est pas tellement naturel d’être cinq en coulisses, de traverser le rideau et de se retrouver devant des milliers de personnes… C’est quand même bizarre et cela demande une certaine concentration”.

 

 


Interview > Sophie Lagesse

Les commentaires sont fermés.