Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/08/2011

Orage mortel au Pukkelpop

01.jpgVers 18h, un violent orage a éclaté sur le festival, ravagé le site en quelques minutes et fait deux victimes.

Nous étions sous le chapiteau Dance Hall, solidement installé au fond du site du Pukkelpop, quand les éléments se sont déchaînés. La structure a tremblé, mais pas plié. Une chance... Sur scène, le rappeur Wiz Khalifa étrennait les dernières rimes de son show et le ciel se couvrait progressivement au-dessus de nos têtes, trainant des nuances de vert et de gris pour le moins menaçantes. Pourtant le festival avait démarré sous les meilleures auspices et un soleil de plomb. Avec la sensation que la vingt-sixième édition du festival limbourgeois semblait en mesure de battre des records de fréquentation, tant les allées du site drainaient dès midi une foule épaisse et fourmillante.


D'un coup l'orage a éclaté. Puissant, violent, soudain, intense... En quelques minutes, des torrents se sont abattus sur une plaine paniquée et abasourdie. Partout, les festivaliers courraient à l'affut d'un abris. Au travers des trombes d'eau, on y voyait pas à plus de vingt mètres, mais suffisamment loin pour apercevoir la tente extérieure installée face à la Boiler Room s'écrouler partiellement. Des centaines de personnes s'y étaient réfugiées. Sous la Dance Hall, les rafales de vent s'engouffrent en brassant les gouttes et un dangereux mouvement de foule se dessine, puis s'essouffle.

Dehors, l'ondée semble passée. Dix bonnes minutes se sont écoulées au total, et dans les rangs les conversations vont bon train sur les dégâts potentiels, humains et matériels, d'un tel épisode climatique. Chacun tente d'appeler ses proches pour les rassurer ou de faire l'inventaire des troupes. Mais le réseau est saturé (les lignes ont été suspendues à dessein pour faciliter les communications des secours, ndlR.). On s'est fait une très grosse frayeur...

Nous partons à la redécouverte d'un site dévasté par ce qui vient de se passer. Partout on patauge dans 10 centimètres d'eau, mais l'entrée est particulièrement touchée par l'inondation, atteignant par endroit près de 50 centimètres. Un arbre s'est rompu et obstrue désormais la moitié des portails métalliques donnant accès au festival. Plus loin, les racines n'ont pas tenu et un important tronc est venu s'encastrer dans un stand commercial. La police tente de sécuriser le périmètre, la nervosité est palpable et il plane sur l'endroit un faux silence oppressant. Le Chateau n'est plus. La structure s'est affaissée, la toile envolée. Ceux qui étaient là pour le concert de Smith Westerns sont sonnés. Près du Club, deux grandes tonnelles manquent à l'appel. On apprendra plus tard qu'un festivalier a perdu la vie ici. Sans plus de précision.

Après avoir regagné les loges, on tente d'obtenir plus d'informations mais rien ne filtre. L'inquiétude succède à la panique. Nos collègues du Standaard annoncent d'abord six morts, citant les pompiers de Saint-Trond comme source, puis se rétractent et confirme une victime. En coulisses, les rumeurs circulent à la vitesse du son, on doute de la venue des Foo Fighters. Peu après 21h, un deuxième décès, au camping cette fois, est annoncé lors d'une conférence de presse de fortune, ainsi qu'une quarantaine de blessés. À l'heure d'écrire ces lignes, on ignore encore si le Pukkelpop va continuer. Mais pour ce jeudi soir, cela semble terminé.

Nicolas Capart

21:39 Publié dans Pukkelpop | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.