Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/10/2011

Décharges positives sur l'AB

31.jpgCeux qui avaient assisté à leur concert au Pukkelpop n'étaient certainement pas surpris de voir l'Ancienne Belgique pleine à craquer pour y voir Noah and The Whale. Les autres, venus pour découvrir, n'étaient pas au bout de leurs surprises. C'est avec grande classe que Charlie Fink et sa clique firent leur entrée sur scène: l'instrumentale d'Initials BB de Gainsbourg. On ne pouvait pas rêver mieux pour un début de concert.


Si la set liste contenait une bonne majorité du dernier opus, Last Night on Earth, c'est pourtant avec Give a little love, un morceau du premier album, Peaceful the world lays me down, que Noah and The Whale démarre le show. Le temps de se frayer un chemin dans la foule et de se trouver une place, c'est déjà Just Before We Met. Et d'enfin apercevoir Charlie Fink, en costume sombre, d'une élégance bien anglaise. Le chanteur nous égaie de ses petits jeux de jambes incroyables et de ses quelques tours de danse. Mais surtout, il charme par son incroyable politesse - remercier autant son public, c'est du presque jamais vu - et par sa dégaine de gentleman.

Ensuite, c'est une pluie de tubes qui nous attend: Life is Life, Give it all Back, Love of an orchestra, Blue Skies, Wild Thing, Our Window, Tonight's the kind of night. Des morceaux chaque fois plus beaux les uns que les autres, interprétés de mains de maître par d'excellents musiciens. Si les adolescents s'émerveillent, les plus vieux retournent quelques années en arrière, quand ils portaient des jeans trop grand, des Doc Martens et regardaient Beverly Hills 90210. Parce que Noah and The Whale, c'est ça: s'émerveiller avec des yeux d'enfants et se prendre de bonnes doses d'ondes positives.

Du jeu de lumières au son des instruments, le concert aura été d'une qualité surprenante. A peine le temps de s'en rendre compte que c'est déjà la fin avec un sublime Waiting for My Chance to Come et le très pop LIFEGOESON. Le groupe sortira de scène sous les acclamations. L'AB en veut encore et les musiciens ne se font guère attendre pour remonter lui jouer quelques titres.

S'il avait le sourire tout au long du concert, Charlie Fink semble tout de même ému lorsque vient le dernier morceau First Days of Spring, qu'il prolongera de ses guitares planantes, laissant une AB silencieuse et captivée. Le show n'aura finalement duré qu'1h20, même pas le temps de réclamer un deuxième rappel que les lumières se rallument. Il est temps d'atterrir et de s'en aller...non sans avoir emporté avec soi un bout de cet émerveillement adulescent.

Maïlys Charlier

00:28 Publié dans Concerts | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.