Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/10/2011

The Kooks en pleine (r)évolution

The Kooks - THE KOOKS_015RSMALL.jpgEn 2006, ils déferlaient la chronique avec un premier album étonnant, Inside In/Inside Out. L’opus est gonflé de tubes et les Kooks pressentis à devenir les prochains Beatles ou les prochains Kinks. Les quatre musiciens, originaire de Brighton, sont d’ailleurs de grands fans de ces derniers. Le succès de leur premier album leur permettra donc d’enregistrer dans le fameux studio du légendaire combo. En sortira Konk, dans la lignée du premier, rempli de tubes mais qui ne crée pas la surprise. Trois ans plus tard, les Kooks ont remplacé le bassiste Max et leur batteur a déclaré forfait pour raison de santé. Du line-up original, ne restent que les deux charismatiques guitaristes Luke et Hugh. Aidés de leur producteur Tony Hoffer, les deux comparses entament un virage et sortent les Kooks des sentiers tous tracés de l’indie rock classique pour proposer un troisième opus inattendu. Quatuor à cordes, guitares planantes, claviers, électro,… Junk of the Heart offre aux Kooks un second souffle.


Pour ce troisième album, vous avez pris une tout autre direction…
Beaucoup de choses se sont passées depuis Konk. Le plus gros changement c’est Chris qui est à la batterie au lieu de Paul. Paul fait toujours partie intégrante du groupe, il a enregistré les batteries sur l’album mais il n’a pas la santé de jouer sur scène. Du coup, pour ce nouvel album, on voulait travailler de manière différente. C’est un album très produit alors que Konk est un album plus direct. On revenait d’une grosse tournée à l’époque, on l’a enregistré très rapidement en se concentrant sur le côté live des morceaux. C’était intéressant cette fois-ci de faire les choses autrement. Pour moi Junk of the Heart est un album de transition pour aller vers d’autres choses, évoluer en tant que groupe.

Vous aviez besoin de ces changements pour grandir?
On a tous besoin de changement pour continuer à s’inspirer. C’est très bizarre d’y penser par la suite, on ne se rend pas toujours compte au moment même qu’on change d’environnement, qu’on s’entoure d’autres personnes. Le groupe fait tellement partie de ta vie que c’est difficile de prendre du recul. Ce qui est sûr c’est qu’on avait besoin de challenge, de se surpasser. Je suis très impatient de voir où va aller cet album car il est beaucoup plus personnel que les précédents.

Vous n’avez pas peur de perdre une partie de votre public?
C’est évident que ce n’est sans doute pas l’album que les gens attendaient. Mais le plus important c’est qu’on soit content de ce qu’on a fait et qu’on ne regrette pas nos choix. On peut aller sur scène et jouer avec la même envie. A partir du moment où tu commences à bosser en fonction de ce qui va faire plaisir au public, tu perds de la motivation, tu oublies pourquoi tu aimes faire de la musique et tu perds en créativité.

Quelle est la signification de Junk of the Heart?
C’est une phrase qui a plusieurs sens, chacun peut l’interpréter à sa manière. Pour moi, les chansons sont toutes très personnels sur cet album et Junk of the Heart encore plus. Cette chanson est pour moi le centre de l’album même si elle démarre l’album. C’est au moment d’enregistrer cette chanson qu’on s’est rendu compte de où on voulait aller avec cet album, quelle direction on voulait lui donner.

Vous avez de nouveau travaillé avec Tony Hoffer. Il est votre George Martin ?
Oui ! Particulièrement sur cet album ! On a une très bonne relation avec lui. Il a de bonnes idées. On a de la chance d’avoir rencontré le producteur idéal dès le premier album. Sur cet album, il nous a beaucoup aidés pour tout ce qui était électronique.

Vous pensez déjà à l’album suivant ?
Oui, toujours ! Même si c’est difficile d’écrire pour le moment. Mais je pense déjà à la suite, où on veut aller, ce qu’on veut faire. D’un côté, on a envie de faire un album plus direct comme notre premier, plus lo-fi. Et d’un autre côté, on a plein d’autres idées. On voudrait travailler autrement, p
eut-être sortir quelques EP et puis faire un album…

Maïlys Charlier

Junk of the Heart, The Kooks, Emi

Commentaires

Waouh ! Ce blog est juste comme mon ancien ! C'est sur un sujet totalement différent, mais il a peu près la même mise en page et le design. Grand choix de couleurs !

Écrit par : maxosize | 08/10/2014

Les commentaires sont fermés.