Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/01/2012

Le père, le fils et la sainte musique

art_175693.jpgAlain et Pierre Souchon multiplient les showcases pour l’album À cause d’elles. C’est “à cause d’elles” qu’il est devenu chanteur. “Elles ?” Alain Souchon ne parle pas des femmes mais bien des chansons qui lui ont donné envie de chanter, ces chansons que sa mère lui chantait quand il était enfant, des comptines connues et moins connues.


Il en a fait un album de reprises, baptisé donc À cause d’elles , sorti fin 2011, et c’est de cet album qu’il est venu nous parler, avec son fils Pierre, musicien lui aussi. Le duo nous a accordé une interview en toute décontraction chez Mr. Wong , ce bar bruxellois qui l’a accueilli hier soir pour un showcase intimiste.

La mort de l’ours, Je plains le temps de ma jeunesse, Les enfants sages… Elles sont tristes, les chansons que vous avez choisies !

Alain Souchon : “Oui, mais j’aime quand les chansons sont tristes, dramatiques. J’aime être ému par des chansons. J’aime les chansons qui racontent des histoires.”

Et c’est Sempé qui a illustré l’album. Était-ce important pour vous ?

Alain Souchon : “Ah ! Très important ! Sempé, c’est un grand homme. Je l’admire. C’est un dessinateur qui se démarque. Il est très artistique. Il n’utilise que le crayon et l’aquarelle et ses dessins sont si fins, si précis, noyés dans une aquarelle douce. C’est un philosophe, Sempé. Il a un regard d’enfant sur le monde des adultes et il est très… mélancolique. Vous savez, même les Américains l’adorent. Quand on m’a demandé qui je voulais pour l’illustration de mon album, j’ai dit “Sempé, mais ce n’est pas possible.” Mais il a dit oui.”

Et…

“Et j’étais heureux. Il m’a pris comme ça, par l’épaule. (Il mime le geste avec Pierre.) J’ai été chez lui, j’étais impressionné. Il a 80 ans, il est affaibli par la maladie. Ça m’a touché.”

Dans Le jour et la nuit, on a l’impression que vous n’aimez pas l’école. Le ton est monocorde, lent…

“Attention, c’est à l’école qu’on apprend à vivre. Mais dans cette chanson, j’explique que l’esprit qu’on canalise toute la journée se lâche la nuit. L’imaginaire prend le dessus.”

Étiez-vous un bon élève ?

Alain Souchon : “J’ai été premier de classe puis dernier. J’ai expérimenté les deux ! Je préférais être premier, quand même.”

Pierre Souchon : “Moi j’ai toujours été dernier. J’étais celui près du radiateur; j’étais malheureux à l’école. J’adorais le vendredi parce qu’il y avait le week-end ! Et alors la musique du générique de 7 sur 7 me rappelait le dimanche soir qu’il y avait école le lendemain. C’était l’horreur !”

Préfériez-vous raconter des histoires ou chanter des chansons à vos garçons quand ils étaient enfants ?

Alain Souchon : “Je les embêtais avec des poèmes. Je leur faisais apprendre des poèmes de Rimbaud par cœur.” (En chœur, ils commencent à réciter un poème.)

Pierre Souchon : “C’est vrai qu’il nous a embêtés avec ça. Mais j’ai fini par faire un bac théâtre littérature !”

Alain Souchon : “Et maintenant, vous avez un bagage. Ils connaissent les grands auteurs. Ça leur sert, ça, dans la vie, maintenant !”

 

 



Propos recueillis par Ludivine Nolf

À cause d’elles, Alain Souchon. Sorti le 21 novembre 2011. EMI



21:22 Publié dans Concerts | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.