Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/03/2012

“Bob Sinclar reste une façade”

bob.jpgÀ 42 ans, il est un des plus anciens DJ français. Il sort Disco Crash , un nouvel album furieusement festif. Il est né dans le quartier du Marais à Paris. Raconte avoir découvert la musique à la fin des années 1980 en écoutant les rappeurs américains. Confie n’avoir aucune “ formation musicale classique ”. Affirme que la musique d’aujourd’hui, elle ne se joue plus seulement avec des instruments mais aussi avec un ordinateur. À 42 ans, Bob Sinclar, né Christophe Le Friant, figure parmi les plus célèbres DJs de la planète. Et sort, ces temps-ci, Disco Crash – album furieusement festif avec des featurings comme Snoop Dogg, Colonel Reyel, l’atomique Sophie Ellis Bextor ou encore le bondissant Sean Paul pour un Tik Tak d’excellence.


Bienvenue au club, Bob Sinclar met le feu au dancefloor ! Aujourd’hui, vous êtes un des DJs les plus réputés, les plus demandés de la planète. Comment avez-vous attrapé le virus du DJ ?

“Avec le rap – qui explosait aux Etats-Unis quand j’avais 16, 17 ans. Le rap m’a bouleversé… et alors, j’ai découvert que j’avais une attirance pour le DJ avec la création de sons. Au début, c’était un jeu; vite, ça m’est devenu vital- et jamais pour le bizness ! Et quand une équipe télé a demandé à me suivre pendant des mois, j’ai accepté parce que c’est très glorifiant ! Mais je sais aussi que l’image peut être à double tranchant. Personnellement, je voulais quelque chose de très simple. Ne pas s’étaler sur les paillettes du show-biz, juste montrer le parcours que j’ai effectué depuis 1994 avec la création de mon label…”

À 17 ans, pour la première fois, vous avez animé un set…

“… Sans aucune formation musicale classique. J’étais attiré par le travail que les producteurs effectuaient pour les rappeurs. J’y ai ajouté des choses personnelles. Et au fil du temps, ma façon de recycler a été de plus en plus créative.”

Comment devient-on Bob Sinclar ?

“Par le hasard. Par le travail ! Après mes débuts de DJ, j’ai arrêté pendant quelques années pour me consacrer à la production de concepts, d’artistes d’acid jazz et de techno. Et puis, en 1998, je suis DJ Yellow et j’imagine le concept Bob Sinclar, m’inspirant du personnage joué en 1973 par Jean-Paul Belmondo dans le film Le Magnifique. Ce devait être un seul et unique album, on avait un comédien pour le clip mais quand il a fallu assurer la promo, mes amis m’ont dit : Tu es obligé d’y aller ! J’étais devenu Bob Sinclar…”

Bob Sinclar est très éloigné de Christophe Le Friant ?

“On dira que Bob Sinclar reste une façade même si, au final, Bob et Christophe ne sont pas très éloignés. En fait, je suis très cool avec tout ça, la gloire, le statut de star… parce que j’adore tout ce que je fais. Il y a beaucoup de naturel et les gens savent que je ne triche pas dans la proximité que j’ai avec eux.”

Bob Sinclar, Martin Solveig, David Guetta… c’est la French Touch chez les DJs ! Le P.-D.G. d’Universal Music, Pascal Nègre, dit même qu’avec vous trois, ce n’est plus la sono mondiale mais la sono française…

“Peut-être dit-il ça parce que notre musique est très populaire. Mais dans le monde, il y a d’autres DJs de très bon niveau. Ainsi, actuellement, les Suédois sont très forts avec Axwell, Sebastian Ingrosso… Mais nous les Français, dans nos compos, nous y mettons toujours une petite touche commerciale, des mélodies…”

Que souhaitez-vous qu’on retienne de Bob Sinclar ?

“S’il pouvait rester un ou deux titres que j’ai composés. Et qu’un DJ recycle ma musique ! La boucle serait bouclée et prouverait que l’art, c’est un recyclage permanent !”

Serge Bressan

Disco Crash. CD Yellow Records.

 



Les commentaires sont fermés.