Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/03/2012

“J’aborde là ma troisième vie”

dolores-o-riordan-185545.jpgLa pression et le succès avaient fatigué les Cranberries. Qui reviennent, réinventés mais fidèles à eux-mêmes, 10 ans plus tard Un p’tit bout de femme qui a gardé le côté sombre de son esprit rock : c’est Dolores O’Riordan, la voix qui a réveillé les Zombie en 1994 . Assise dans un salon chic d’Amsterdam, elle partage son dessert avec Noel Hogan, le guitariste et compositeur des Cranberries. Dix ans grosso modo que ces deux-là n’ont plus été réunis pour faire la promo, ensemble (l’un et l’autre ayant vaqué à leurs activités solos), d’un nouvel opus, le dernier, intitulé Roses, depuis Wake Up and Smell the Coffee.


Après un No Need to Argue vendu à plus de 16 millions d’exemplaires (toute une époque !) et, ensuite, quelques déceptions et sorties de route musicales, les Cranberries baissaient le rideau. Le groupe irlandais des années 90 tournait une page de l’histoire du rock. Aujourd’hui, Dolores raconte joliment les choses. Ils en avaient un peu marre… “C’est comme dans toute relation, à un moment on a besoin de souffler quand ça n’évolue plus. Aller prendre l’air et revenir, dans le cas où l’autre vous manque.”

Dolores demeure la fille, la seule, d’un groupe de trois mecs, auquel elle prête sa voix et sa plume. De quoi toujours lui permettre d’extérioriser son côté “garçon manqué”, maintenant qu’elle est mère de famille. “D’aussi loin que je me rappelle, j’ai été habituée à ça. J’ai 5 frères. Je passais mon temps avec des garçons, dans les garages. Je n’y connaissais rien aux trucs de filles. Maintenant, ce sont mes filles qui m’apprennent. Elles sont très féminines ! D’ailleurs, donner naissance, ça aide pas mal à embrasser mieux votre féminité…”

Et il n’y a pas que ça qui a changé, ces dernières années, dans la vie de Dolores O’Riordan. Si la musique a toujours été au centre de sa vie (elle a notamment réalisé deux albums solos), “chanter est devenu un hobby. Avant, c’était ma vie. Je prenais ça très au sérieux. J’avais pris l’habitude de lire toutes les critiques et ça me rendait folle. J’ai arrêté. Je ne fais plus attention à comment les gens à l’extérieur perçoivent notre musique. Parce que ça m’a trop perturbée, dans ma première vie. Là, je crois que je commence ma troisième vie, avec ce nouvel album des Cranberries.”

Elle y a mis tout ce qu’elle a de plus personnel… “ La chanson Roses est dédiée à mon père, et a été jouée à l’église, quand il est décédé, il y a quelques mois. Ça, ça a été la fin d’une ère pour moi. Mon père avait le cancer depuis 6 ans et demi et c’était toute une période durant laquelle je m’inquiétais tout le temps pour lui. J’étais près de lui, j’en étais heureuse, quand il a émis son dernier souffle. Je m’en serais voulue de ne pas être là pour lui à cause du groupe.”

La musique – et ses paroles surtout – a toujours été une thérapie pour Dolores. “Les sujets ont changé, évidemment. On est arrivés à un stade dans nos vies où on est parents, on sera un jour orphelins et en passe de devenir la vieille génération,… Je m’entends encore dire, quand j’avais 21 ans, je ne veux pas avoir d’enfants dans ce monde pourri !”

Cette époque-là , celle du succès, Dolores en garde un souvenir mitigé. “C’était épuisant. On se levait à 5 heures du matin pour bosser jusqu’à minuit. Même si c’est le travail qui nous a rendus célèbres. Je souhaitais parfois qu’on prête plus attention aux autres membres du groupe, plutôt que toujours à moi. Puis on a commencé à signer plein de contrats, sans trop faire attention. On était pris dans le tourbillon, donc on n’avait rien d’autre à faire que suivre le mouvement, jusqu’à ce qu’on devienne fous.”

Ce moment où les Cranberries ont senti perdre le contrôle, Noel s’en souvient. Il s’adresse à Dolores. “C’était autour du 3e album. On avait fait les MTV Music Awards et tu étais toute maigrichonne !” “Oui, je m’en souviens, rétorque sa camarade, qui se laisse aller à la confidence. J’avais l’air d’avoir 50 ans, d’être malheureuse. Après ça, j’ai été voir quelques docteurs pour pouvoir prouver aux gens avec qui on avait tous ces contrats que je n’étais plus dans un état de continuer de la sorte. On m’a dit de fuir. Je me suis réfugiée en Ontario, au calme. Et là j’ai eu un enfant. En fait, on aurait dû prendre une pause après le deuxième album.”

Interview > Ch. V.
The Cranberries, Roses, V2

Les commentaires sont fermés.