Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/03/2012

Simple comme l'amour

tiziano.jpgEn onze ans de carrière, Tiziano Ferro a acquis sagesse et confiance en lui “L’amore è una cosa semplice”. Sans avoir fait de longues études de langue, on comprendra facilement le titre du nouvel album de Tiziano Ferro. Mais si traduire est une chose, le suivre sur ce terrain en est une autre. L’amour, une chose simple ? Parlez-en donc autour de vous…


“C’est intéressant de parler de ce genre de sujet avec les gens parce que tous commencent par me dire Allez, Tiziano, dis-nous le secret…”

Et quel est ce secret ? (rires)
“Les gens qui ne trouvent pas que l’amour est une chose simple, c’est qu’ils ont eu des problèmes dans leurs histoires, qu’ils ne vivent pas une relation saine. L’amour doit simplifier notre vie, pas la compliquer. Et quand c’est le cas, c’est le meilleur baume qui soit, pour le cœur. Mais les êtres humains sont des animaux compliqués, qui aiment parfois rendre difficile les choses simples. Pour comprendre le sens du mot amour, je ne peux que conseiller aux gens de se souvenir de ce qu’ils ont éprouvé quand ils sont tombés amoureux. L’amour pur est facile.”

Vous avez toujours pensé ça ou vous l’avez appris en vieillissant ?
“Je l’ai appris, petit à petit. Vous savez, quand je parle d’amour, c’est au sens large. J’y inclus les relations humaines, l’amitié, l’amour de votre famille… C’est au travers d’expériences, en amitié, d’abord, que j’ai commencé à comprendre. Il y a une chanson qui s’appelle Karma, sur cet album. Je crois en ça… Vous savez, dans mes relations, j’attire deux sortes de personnes : les obsessionnels, ceux qui veulent tout votre temps, toute votre attention. Ou alors des gens qui n’en ont rien à fiche de moi, quoi que je fasse. Quand j’ai compris que ces relations étaient toxiques pour moi, quand je me suis fait de vrais amis, qui sont là pour moi et qui ne me tirent pas la gueule quand je ne les appelle pas pendant une semaine, j’ai eu envie de dire que la vie pouvait être un truc assez simple, au final.”

Et l’amour que vous transmet votre public, quand vous êtes sur scène ?
“C’est très spécial. Pour quelqu’un comme moi qui, dès l’enfance, a cherché dans la musique une manière de communiquer ce que je ne parvenais pas à exprimer avec des mots; voir que le message est passé, tout ça m’a permis de prendre confiance en moi, de commencer un nouveau voyage vers ce que je suis vraiment. Je dois beaucoup aux gens qui m’ont soutenu depuis… onze ans maintenant. J’ai pourtant l’impression que c’était hier. Sur ce disque, il y a un titre, Per dirti ciao, qui m’a été inspiré par une lettre, que j’ai reçue. Elle est très jeune et a perdu son mari, mort d’un cancer. Elle m’a raconté leur histoire d’amour, qui a été baignée par mes chansons. Elle y a mis tant de détails magnifiques… Cette histoire – et je l’espère ma chanson – parle du véritable amour.”

Vous habitez à nouveau en Italie, aujourd’hui. Pourquoi avoir enregistré cet album à Los Angeles, alors ?
“J’ai vécu cinq ans à Londres et, oui, je suis rentré au pays. Et si j’ai enregistré à Los Angeles eh bien, je ne sais pas trop pourquoi. J’imagine toujours ma musique connectée à mon monde, à là où je suis, un monde secret qui se révèle dans l’album. J’écris toujours chez moi, parce que c’est un geste très privé. C’est la première fois que je m’éloigne autant de l’endroit où je vis. Mon arrangeur m’a fait remarquer que j’avais des titres particulièrement bluesy, soul et qu’on pouvait essayer de les enregistrer à l’ancienne. Un groupe live, ma voix et c’est tout. J’ai relevé le pari. C’est la première fois que je n’utilise pas la technologie !”

Comment avez-vous travaillé avec des musiciens qui ne comprenaient pas un traître mot de ce que vous chantiez ?
“On parlait le langage de la musique. Ce sont des pros, qui ont d’abord écouté ce je cherchais et qui, ensuite, m’ont fait des propositions, m’ont aidé à avancer. J’y allais un peu à reculons, mais au final, je ne voulais plus partir !”

Interview > Isabelle Monnart
Tiziano Ferro, L’amore è una cosa semplice, EMI

Les commentaires sont fermés.