Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/05/2012

Un Joshua auquel on ne s’attend pas

joshua.jpgLe groupe a peaufiné son nouvel album, The Outsiders, fini à l’arrache. Voilà ce qui arrive quand on habitue ses fans à enchaîner les albums : quand on prend le temps d’un groupe de rock normal pour préparer une nouvelle galette, ils trouvent le temps vachement long. Car, pour mémoire, l’excellent Animals will save the world date, déjà, de 2008. À leur décharge, il faut bien avouer que les garçons ont eu un peu de travail, ces derniers temps, avec une certaine émission de télévision dont on sent bien qu’il ne faut pas leur en parler d’emblée. 


Si Greg, Senso et Steph sont dans nos locaux aujourd’hui, c’est donc pour parler de The Outsiders. Soit treize morceaux qui forment un joli tout, éclectique, électrique, rock, punk pourquoi pas, aérien, inspiré, bref épatant.

 

“On n’a pas vraiment cherché à mettre tout ce temps”, précise Senso. “Il fallait qu’on trouve les bonnes ouvertures, les bonnes choses à dire avant de le terminer. On bossait dessus depuis un petit temps, mais il restait des pas à accomplir. On voulait expérimenter des choses.”

 

Une fois de plus, vous vous autorisez à aller dans toutes les directions…

 

Senso : “C’est nous, ça. C’est street-pop, c’est ce qu’on fait. Nos deux premiers albums aussi étaient comme ça, faits de morceaux très différents. Sinon on s’ennuie, non ?”

 

Si. Mais comment organise-t-on les titres entre eux ? Le tracklisting doit être un sacré casse-tête !

 

Greg : “Sur cet album, ça s’est fait tout seul ! On a changé une fois. Du reste, on n’a pas eu le temps de faire plus ! (rires) L’agencement des morceaux s’est fait tout seul. Sachant que c’est vraiment important, pour nous, qu’on ne s’embête pas. Moi, je m’ennuie souvent en écoutant des albums. Je me demande pourquoi il y a 24 morceaux alors qu’il n’y en a que 6 de bien. Ici, on a bossé deux grosses années et, un jour, notre maison de disques nous a appelés pour nous dire qu’ils attendaient notre master une semaine plus tard. Là, on s’est mis à bosser non-stop, nuit et jour, pendant sept jours.”

 

Senso : “Et puis, un album, c’est comme une famille. T’as des enfants différents, des petits, des gros, des blonds. Même s’ils ne se ressemblent pas physiquement, ils font partie de la même famille.”

 

Steph : “Il y en a qui ont plus de chance que d’autres !” (rires)

 

Cet album commence par une intro qui peut paraître déroutante. Volontairement ?

 

Greg : “L’intro est faite pour surprendre, oui. La différence avec les deux premiers albums, c’est qu’ils s’ouvraient sur un single pour dire aux gens que c’était bien nous. Mais ici, on savait que les gens savaient que c’était nous ! On avait envie de tout de suite les déstabiliser. Pareil pour le deuxième morceau, qui est un peu rentre-dedans. C’est seulement quand on a passé le troisième titre qu’on arrive au Joshua que les gens connaissent plus.”

 

Steph : “C’est une manière de les faire entrer dans notre univers. On peut enfin se le permettre…”Steph, vous disiez la dernière fois que désormais vous n’étiez plus le producteur mais le guitariste. Et maintenant ?

 

 

“On est tous les trois producteurs de notre musique et je ne suis pas spécialement guitariste comme Senso n’est pas spécialement chanteur. À trois, on est cette espèce de truc qui s’emboîte. On est plus des personnes qui s’expriment en musique que des musiciens. L’équilibre est enfin là. Je ne suis plus là pour faire émerger le groupe.”

 

Il n’y a pas eu de discussion sur le choix du titre ? Les outsiders, ce ne sont pas les favoris, a priori…

 

Senso : “L’outsider, c’est celui qui est à côté de celui dont on croit qu’il va gagner.”Steph : “C’est celui auquel on ne s’attend pas. C’est la bonne surprise. Ça nous définit assez bien !”

 

Greg : “Par rapport aux styles qui existent en Belgique, on doit être les seuls à pouvoir faire une émission de télé, jouer dans un concert underground, faire une grosse première partie, des festivals. Faire ce qu’on veut.”

 

 

 

Si vous êtes les seuls dans votre genre, vous pensez avoir suscité des vocations ?

 

Steph : “On a l’impression qu’il y a des talents émergents qui se sont décomplexés. On a peut-être apporté quelque chose à ce niveau-là.”Greg : “Puis surtout, on est belges et notre musique est belge, clairement.”

 

 

 

Même si vous chantez en anglais ?

 

Senso : “Oui, mais la manière dont on le fait, notre personnalité, le fait qu’on vit ici fait qu’on peut chanter en anglais. Après tout, la Belgique, c’est ça. Un mélange de communautés, de langues. Beaucoup plus tourné vers l’extérieur que bien d’autres pays. À commencer par la France.”

 

Interview > Isabelle Monnart

Joshua, The Outsiders, Team4Action

10:00 Publié dans Sorties CD | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.