Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/06/2012

Un samedi soir très "Libertines" à Flagey

libertines.jpgLes fans inconditionnels des Libertines seront comblés ce samedi au Brussels Film Festival. Non seulement le documentaire de Roger Sargent, There are no innocent bystanders, sera diffusé en exclusivité à 19h. Mais Carl Barât sera présent pour assurer la promo du documentaire. Le film montre principalement les coulisses des retrouvailles de Peter Doherty et Carl Barât en 2010, aux festivals de Leeds et Reading. Roger Sargent est photographe et suit les Libertines depuis leurs débuts dans cet Albion Room de la fin des années 90. Le photographe habite au rez-de-chaussée de cet immeuble qui va longtemps abriter ces fameux "guerilla gig".


Roger Sargent tourne là son premier film. Ici, pas question de mettre en avant les problèmes d'addiction des membres du groupe. Ni de parler de Kate Moss. There are no innocent bystanders révèle la dynamique du groupe, cette dualité Barât-Doherty - une relation qui ressemble plus à une histoire d'amour qu'à une histoire d'amitié -, les tensions qui ressurgissent lors des répétitions pour l'été 2010. Le documentaire montre à quel point cette reformation n'a pas été des plus simples. Pourtant en août 2010, la magie opère à nouveau lorsque Barât et Doherty chantent à l'unisson autour du même micro. 

Le photographe met en exergue, tout au long du documentaire, cet esprit de compétition qui existe entre les deux leaders du groupe mythique d'Angleterre. Une compétition qui sonnera la fin du groupe en 2004 et la fin d'une amitié passionnelle entre Carl Barât et Peter Doherty. "Ils se battaient pour avoir la totale attention des autres mais aussi de l'autre. Ils se battaient pour savoir qui était le meilleur songwriter, qui était le plus intelligent", confie Roger Sargent à L'Express. 

Un documentaire qui relance le débat d'un retour des Libertines. Voilà deux ans déjà qu'ils sont remontés sur scène à l'occasion de ces uniques concerts en Angleterre. Si les deux leaders ont vaguement parlé d'enregistrer un album, Carl Barât affirmait l'an passé qu'il n'y aurait pas de nouvel album puisqu'il n'avait plus de nouvelles de Peter Doherty. Après un premier album solo, l'ancien leader des Libertines et Dirty Pretty Things était au théâtre à Paris pour l'opéra pop "Pop'pea" pendant que Peter Doherty faisait la promo de son film "Confessions d'un enfant du siècle".

La soirée se terminera par un DJ Set de Carl Barât aux alentours de minuit!

Maïlys Charlier

www.brff.be

Les commentaires sont fermés.