Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/06/2012

"C'est normal de ne pas comprendre nos chansons!"

Scissor+Sisters.jpgLes Scissor Sisters, emmenés par un Jake Shears survolté, nous offrent leur heure magique. La quatrième. Une paire de ciseaux qui se prolonge sous forme de talons aiguilles. Un nom, Scissor Sisters, qui ne veut pas dire grand-chose, si ce n’est – et c’est l’explication donnée par le groupe – une position sexuelle lesbienne. Voilà le décor planté, si d’introduction les New-Yorkais ont réellement besoin. On vous dit I Don’t Feel Like Dancin’ et, boum, ça fait définitivement tilt.


Les Scissor Sisters sont nés en 2001 d’élucubrations rock-glam très gays, inspirées de Bowie et de Duran Duran, glissant très vite vers des sons plus disco rappelant ABBA et les Bee Gees pour, aujourd’hui avec Magic Hour, se perdre avec énergie et inventivité dans une électro-pop accessible mais pas banale. “Avec ce 4 e album, enfin, on sent réellement qu’on existe en tant que groupe, nous confie, confortablement installé dans un sofa d’un hôtel londonien, Jake Shears, chanteur (et donc leader) du groupe. Il y a toujours cette question de savoir si on est juste un hit du moment. Je crois que maintenant on a la réponse.”

 

Vous mélangez les genres sur ce 4e album. Une façon de ne jamais se répéter ?

 

“Oui. Je me sens mal pour les groupes qui ont un son propre. Je crois que nous, on a plusieurs sons. On apporte avec nous pas mal de nouveaux fans, pas uniquement des jeunes gays. C’est très drôle de constater qu’il y a des personnes âgées, aussi, dans notre public. Mais je dois dire que j’ai beaucoup de mal à qualifier ce nouvel album. Cela a été très difficile de lui trouver un titre.”

 

Et pourquoi vous être arrêté sur Magic Hour ?

 

“En fait, à un moment, on nous a dit que si on ne trouvait pas de titre, cet album n’aurait aucun intitulé. Je l’ai presque appelé Scissor Sisters 4 ! C’est drôle, c’est comme notre premier album, Scissor Sisters, je ne savais pas non plus comment l’appeler. Magic Hour vient du cinéma. C’est l’heure avant que le soleil ne se couche ou ne se lève. J’y ai pensé en réalisant la première chanson de l’album, Only the Horses. On était debout toute la nuit avec des amis DJ, dehors à Ibiza, et j’ai vu cette lumière, c’était un moment particulier.”

 

Beaucoup d’artistes extérieurs au groupe ont travaillé sur cet album. Vous aviez besoin de prendre l’air ?

 

“Ça fait tellement longtemps qu’on s’assied ensemble en studio… C’est bien d’avoir de nouvelles personnes, de nouveaux collaborateurs qui travaillent avec vous, ça vous motive à essayer de nouvelles choses. Et on se réveille en se disant qu’on n’a aucune idée de ce qu’on va pouvoir faire avec ces gens-là. C’est très excitant.”

 

Comment vous viennent ces idées de chansons, dont les paroles sont souvent sujettes à interprétation personnelle ?

 

“Dans ma douche. Mais plus souvent quand je danse en soirée ! Mais c’est normal de ne pas tout comprendre à ce que j’écris. J’écris des trucs drôles, que parfois ma grand-mère avait l’habitude de dire. Mais ça n’a pas forcément de signification…”

 

Donc, c’est normal que la chanson Let’s Have a Kiki ne nous évoque pas grand-chose ?

 

“Oui, oui. C’est de l’argot new-yorkais utilisé par les drag-queens. C’est une réunion de deux personnes ou plus, n’importe où… Mais la signification en français de kiki, je ne la connaissais pas (rires)…”

 

Il y a une rumeur qui circule sur Internet disant que vous allez tourner dans un porno gay…

 

“Je sais ! Mais c’est faux ! J’adore le porno, je connais beaucoup d’acteurs, je connais l’industrie. Mais l’histoire, c’est qu’un jour un blogueur m’a confondu avec un jeune acteur porno de 22 ans. Et ça s’est diffusé partout sur le Net !”

 

Vos chansons sont animées d’un esprit très festif, cool, coloré, à votre image. Vous ne rêvez pas d’une vie rangée ?

 

“Si. C’est difficile parce que je me demande toujours ce que je rate, ce qui est le plus important. Mon mari a enfin pu faire la première de son film, à New York. Ce qui est extraordinaire pour lui. Et je n’ai pas pu être là. Ça, c’est dur.”

 

Interview > Ch. V.
Scissor Sisters, Magic Hour, Universal

14:15 Publié dans Sorties CD | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.