Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/07/2012

En attendant Marilyn…

marilyn.jpgLes fans de Manson ont dû sefarcir Gaz Coombes, Brains ou Far East Movement. Hier, sur le coup de 15h, les premiers accords de BRNS (prononcez Brains) étaient à peine joués que les fans de Marilyn Manson squattaient les premiers rangs, prêts à s’accrocher aux barrières Nadar qui les sépareront… 8h30 plus tard de leur idole. Le groupe bruxellois n’a pas dû s’y tromper vu le look facilement détectable desaficionados de MM 


C’est donc devant des rangs éclaircis que le quatuor a ouvert la journée pour défendre la sortie de leur premier EP. Avec un chanteur-batteur entouré de trois gars un peu touche-à-tout, des mélodies accrocheuses, des chansons hypnotiques où le côté abrasif est parfois adouci avec des accents qui sonnent comme du Vampire Weekend, BRNS a du potentiel. Mexico ou The Story of the Bible n’en sont que de beaux exemples.

L’ambiance était très enjouée dans la HF6 où se produisait Kennedy’s Bridge, les régionaux de l’étape. Si le chanteur peut faire penser à Kele Okereke de Bloc Party et que le groupe parle d’un héritage des Strokes ou des Libertines, ces gamins n’ont pas grand-chose à voir avec leurs glorieuses références. Avec un son pop-rock frais, les gars du collège Saint-Servais ont fait le buzz dans la région.

Les Juveniles, eux, ont davantage de planche. S’ils chantent, notamment, We’re Young, les trois Français (batterie et deux claviers-guitare) ont un son plus puissant même si les accents sont plus synthétiques. Avec deux EP sous le bras, les gaillards prouvent qu’on peut venir de Bretagne (sans l’habituelle Grande devant) et avoir une production indie pointue.

Gareth Michael Gaz Coombes lui, l’Anglais, vient du pays du rock. L’ex-leader de Supergrass (rappelons que le groupe s’est séparé en 2010) était venu présenter Here Comes the Bombs pour sa première tournée solo après avoir sorti six albums en dix-sept années avec son groupe. Propre, sobre et bien claqué. Comme son album, en fait.

Un autre ex, c’est Ed Kowalczyk, ancien chanteur de Live venu lui aussi avec un premier album sous le bras. Propre, sobre mais sans magie.

Un peu avant, Great Mountain Fire, loin de sa tournée acoustique, a transformé la HF6 en dancehall, tirant tout le suc de l’excellent Canopy . Avec trois frontmen , les Belges savent hausser le ton à souhait.

Les fans de Marilyn, massés au premier rang de la main stage, ont compris leur malheur quand Far East Movement est apparu, balançant leurs assourdissantes basses en pleine poire. Désigné par certains comme un vague cousin des Black Eyed Peas, le combo californien dont la plupart de ses membres sont d’origine asiatique adopte des codes à mille lieues des amoureux de Marilyn. Habillés outrageusement bling-bling, les trois frontmen (il reste un DJ, un batteur et une chanteuse qui fait quelques apparitions tout en déhanchements) revendiquent un héritage roots hip hop (ils ont même rendu hommage aux Beastie Boys). Kevin Nishimura (alias Kev Nish), James Roh (alias Prohgress) et Jae Choung (alias J-Splif) envoient donc un gros son qui laissait augurer de ce qu’allait être la soirée pour ceux qui se réjouissaient de l’inauguration de l’Aquarium ou de la présence de Booka Shade, Madeon, The Magician, Erol Alkan et autre Mike Skinner (en DJ set).

Très clubber, la fin de soirée de vendredi promettait d’être chaude. Et aussi longue, pour certains, que l’attente de l’arrivée du vénéré Marilyn Manson…



Basile Vellut

09:54 Publié dans Ardentes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.