Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/07/2012

Thomas, Joshua, Selah et les autres

Mselah.jpgalgré un temps étonnamment sec, la place d’Hôtel de ville n’a pas fait le plein…Trop incertain, trop humide, trop cher aussi : voilà quelques raisons glanées dans les conversations du public, et qui pourraient bien expliquer la fréquentation un peu tristounette des Franco folies cette année. Car si l’on n’a pas encore eu sous les yeux les chiffres officiels, il ne faut pas être grand clerc en la matière pour se rendre compte qu’on est moins collés les uns aux autres sur la place de l’Hôtel de ville…


C’est bien dommage, parce que les organisateurs ont, une fois encore, joué la carte de l’audace et programmant sur cette grande scène des artistes qui ne sont pas (encore) des super têtes d’affiche. On pense à Joshua, par exemple, mais également à Kiss and drive , qui eut l’insigne honneur de précéder Hugh Laurie…

Ce soir-là, jeudi, donc, on se disait pourtant que l’énergie de Thomas Dutronc – qui a vraiment tout donné – allait faire se réveiller les derniers rangs. Las ! Malgré des instrumentaux hallucinants, malgré Les frites, bordel qu’il nous avait promises, malgré son humour, sa tchatche et sa grâce, il eut bien du mal à attraper la foule, pas vraiment décidée à bouger. Sauf sur la fin, lorsqu’il s’est agi de lui dire au revoir sous des tonnerres d’applaudissements ô combien mérités.

Du coup, on s’est dit que c’était peut-être parce que le public piaffait à l’idée de voir arriver (fort tard) Nolwenn Leroy et ses chansons bretonnes. Manifestement, on avait tout faux, si l’on en juge par le nombre de gens que l’on a vu quitter le site avant, bien avant la fin du concert. Il était tard, il faisait froid, et le côté un rien (sic !) répétitif de l’affaire avait eu raison des plus curieux.

Vendredi, tandis que la ville sortait de sa torpeur sous quelques très beaux rayons de soleil, les festivaliers investissaient les rues de Spa. Et on se disait“Chouette, va y avoir un peu plus d’ambiance” . Sauf que, comme souvent, ceux qui déambulent devant le casino, qui ramassent les gadgets distribués par les hôtesses et qui se régalent d’un hot-dog ne sont pas ceux qui paient pour aller voir des concerts.

Ajoutez à cela, sur le coup de 15h, une drache nationale venue s’inviter avec un jour d’avance, et vous comprendrez pourquoi il était si facile de circuler dans le Parc de Sept Heures. Où, première jolie surprise, on découvrait Kaer, projet solo d’un ex de Starflam, dont le premier album, Versatil, devrait arriver bientôt. Malgré une pluie battante, le garçon a su faire danser et a même mis la banane à l’un ou l’autre policier croisé à l’abri des gouttes !

Juste un peu plus loin et juste un peu plus tard, c’est la star de la journée qui offrait aux festivaliers une petite surprise : Selah Sue rejoignait sur scène AKS, groupe de Louvain, cher à son cœur, et dont elle faisait partie avant que sa carrière solo explose…

C’est la même Selah Sue que l’on retrouvera, de longues heures plus tard, en tête d’affiche sur la scène Pierre Rapsat. Où la jeune femme a encore prouvé l’étendue de son talent et fait montre d’une aisance à chaque fois plus évidente. Une belle manière de refermer une soirée ouverte par Joshua, bien méritant devant les trombes d’eau qui se sont abattues sur la place juste au début de leur concert. Mais les garçons savent y faire et ont même réussi à faire danser k-way et parapluies !

Juste derrière, on a eu droit à Charlie Winston, l’autre mystère (avec Hugh Laurie) de ce festival, qui semblait faire beaucoup d’effet aux jeunes filles venues tenter de l’approcher à l’Hôtel Radisson, avant sa conférence de presse…


I.M.

Les commentaires sont fermés.