Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/07/2012

Ça, c’est vraiment Spa

aubert.jpgJean-Louis Aubert a électrisé la dernière soirée des Francofolies. Époustouflant. Il l’avait dit fort joliment, avec Roc Éclair, son dernier album, Jean-Louis Aubert revenait à ce pour quoi il était fait. “Je reviens chanter, est-ce bien un métier ?” À le voir, dimanche soir, sur la scène Pierre Rapsat, aux Francofolies de Spa, on se dit que c’est bien plus qu’un métier : c’est une passion qui l’anime, un feu qui couve, un torrent d’émotions dont il ouvre les vannes pour les partager avec le public.


D’ailleurs, que les choses soit claires : le concert de Jean-Louis Aubert était, et de loin, le meilleur de ceux qu’on a pu voir au cours de cette 19e édition. Voilà, c’est dit.

 

Succédant à un Bénabar sautillant mais pratiquement aphone (il est allé au bout, mais il a dû en avaler, des Euphon, pour y arriver !), Aubert, cheveux en bataille et énorme sourire barrant son visage, entre en scène manifestement heureux d’être là.

 

On ne le sait pas encore, alors, mais le voyage va durer deux heures, pour se terminer avec un hallucinant Ça, c’est vraiment toi, transformé pour l’occasion en Ça, c’est vraiment Spa. Deux heures de partage, d’énergie à l’état brut, deux heures de riffs de guitare, de solos de musiciens exceptionnels. Mais aussi deux heures de moments hors du temps, de piano-voix et d’émotion.

 

Tout en s’offrant le luxe, au bout du deuxième morceau seulement, de faire danser toute la place, des premiers rangs aux VIP pourtant peu enclins, jusque-là, à extérioriser leur joie.

 

Qu’il s’aventure sur les plages de Roc Éclair – son, rappelons-le, impeccable dernier disque – ou qu’il remonte plus loin le courant, jusqu’aux sources de sa carrière avec Téléphone, le chanteur ne commet aucune fausse note, aucune faute de goût. Il est tout simplement magistral.

 

“Je reviens mouillé et même un peu ridé”, chante-t-il encore. Mouillé, avec tout ce qu’il a donné, il l’était effectivement. Quant aux rides, elles lui vont bien, à Aubert, car elles sont autant de récits de vie. Le jour s’est levé, Argent, trop cher, Juste une illusion : les tubes défilent, l’ambiance monte encore d’un cran, et le public est définitivement sous le charme.

 

“Je reviens vers vous, et je n’en reviens pas, d’être toujours là…” Et même plus présent que jamais. Demain sera parfait, chante Aubert. Avant-hier, en tout cas, était plus que parfait…

 

Isabelle Monnart

Les commentaires sont fermés.